jean-claude gaudin garde marseille
jean-claude gaudin garde marseille © reuters

Le conseil municipal de Marseille estime que le passage aux quatre jours et demi ferait peser un risque sur les finances publiques.

Il a donc a réitéré lundi son opposition à la réforme des rythmes scolaires et demande au gouvernement de revoir sa copie en prévoyant un moratoire.

La réforme est prévue pour la rentrée 2014, mais Jean Claude Gaudin et Roland Blum, son adjoint aux finances ont sorti la calculette. Ils estiment que le passage aux quatre jours et demi fragiliserait les finances publiques de la ville. Ils ont chiffré le coût de la réforme à 25 millions d'euros, somme nécessaire pour recruter des animateurs dans les 445 écoles communales, renforcer le personnel municipal et organiser les activités.

Jean-Claude Gaudin, qui n'a jamais caché son hostilité vis-à-vis de cette réforme voulue par le Président de la Répuiblique, déclare :

C'est une faute politique que d'avoir voulu passer en force

Si l'élu salue les assouplissements proposés par le nouveau ministre de l'Education nationale Benoît Hamon, il a estime que ces "quelques efforts" sont "insuffisants".

Les explications de Laurent Gauriat, correspondant de France Inter à Marseille.

Les communes qui ne sont pas encore passées à la semaine de 4 jours et demi devront appliquer à la rentrée cette réforme. Initialement, elle devait être mise en oeuvre partout à la rentrée 2013. Mais, en novembre 2012, face à l'inquiétude des maires sur les "difficultés de mise en oeuvre", François Hollande avait annoncé un étalement sur deux ans.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.