[scald=101471:sdl_editor_representation]par Pierre Savary

DENAIN, Nord (Reuters) - Martine Aubry s'est rendue mercredi à la rencontre de ceux "qui ont le sentiment d'être oubliés", à Denain, dans le Nord, pour défendre les propositions de François Hollande en matière d'éducation, de justice et d'emploi.

Devant quelques dizaines de personnes réunies dans un bâtiment neuf regroupant une halte-garderie, un centre social et une association d'insertion, la première secrétaire du PS a vanté le programme du candidat socialiste.

"Je sais que vous attendez beaucoup, vous êtes au coeur du projet de François Hollande", a-t-elle dit.

"François l'a dit, il y aura des créations de postes d'enseignants, de psychologues qui ont été supprimés", a-t-elle promis en dénonçant "les inégalités creusées" par Nicolas Sarkozy.

"La baisse de l'impôt sur la fortune, c'est deux milliards de perdus pour l'Etat, quatre fois l'économie réalisée par les suppressions de postes", a détaillé Martine Aubry.

Devant un public acquis, elle a ensuite répondu à plusieurs questions d'habitants du quartier Faubourg Duchateau.

Isabelle Dromby, mère de quatre enfants, a pris la parole pour lui demander des précisions sur le programme du PS concernant les handicapés.

Nicolas, son fils de 26 ans, handicapé et soigné dans un centre spécialisé à une trentaine de kilomètres de chez elle, ne peut plus rentrer les week-ends au domicile familial.

"Depuis juillet 2011, la Sécurité sociale refuse de rembourser le trajet du centre à mon domicile. Je n'ai pas les moyens de payer un taxi pour qu'il revienne à la maison le week-end, du coup je le vois moins", s'émeut la frêle maman.

"COUP DE GUEULE"

"Cela fait partie de la justice", répond Martine Aubry pour qui "tout le monde doit être traité de la manière". "Il faut absolument développer les établissements d'accueil, c'est un vrai problème", poursuit la maire de Lille.

Isabelle repart avec sa réponse. "Elle avait l'air attentive au début de ma question. Si interpeller comme ça des politiques peut permettre de trouver des solutions, je ne serais pas venue pour rien", explique-t-elle.

Houria Selama Belhaddad est venue pour sa part "pousser un coup de gueule" contre "ces politiques qui insultent les immigrés et veulent les chasser". "Ont-ils prévu des containeurs pour nous renvoyer ?", demande-t-elle.

Martine Aubry boit du petit lait: "Vous allez venir avec moi dans tous mes déplacements, je dénonce ce que vous dénoncez", sourit-elle.

Jennifer Terrouche, 23 ans, un baccalauréat commercial en poche, doit se contenter de deux heures de travail quotidien en tant qu'animatrice pour enfants, loin de ce qu'elle espérait pour ses débuts professionnels.

"Martine Aubry et François Hollande parlent de projets pour la jeunesse, c'est important et j'avais envie de l'écouter sur ça", glisse la jeune femme, avant de conclure: "J'espère qu'il (François Hollande) tiendra ses promesses".

La Première secrétaire du PS affirme vouloir venir au contact des habitants "qui ont le sentiment d'être oubliés et, particulièrement ces cinq dernières années, d'avoir été humiliés".

Elle estime que l'adhésion au programme de François Hollande "se mue en confiance" et dit vouloir accroître ce mouvement "pour que la victoire soit la plus belle possible". "En cas de victoire, nous aurons besoin des Français le lendemain".

Edité par Gérard Bon

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.