Martine Aubry s'adresse au gouvernement : "Trop c’est trop!"
Martine Aubry s'adresse au gouvernement : "Trop c’est trop!" © MaxPPP

Jamais la maire de Lille n’avait été aussi loin dans sa fronde contre le gouvernement. Elle signe ce mercredi dans le journal Le Monde, en compagnie d’autres personnalités de gauche, un véritable réquisitoire contre la politique de François Hollande.

Les mots sont durs, le titre sans équivoque : "Trop, c’est trop" , titre cette tribune signée par plusieurs personnalités de gauche : l'écologiste Daniel Cohn-Bendit , le généticien Axel Kahn , le socialiste Benoît Hamon , ou encore l'économiste Daniel Cohen .

► ► ► SUR LE WEB | Lire la tribune complète, avec possibilité de la co-signer

Depuis 2012, Martine Aubry n’a jamais caché ses désaccords sur la politique de François Hollande, mais cette fois, elle ne prend plus de gants

" Ce n'est plus simplement l'échec du quinquennat qui se profile, mais un affaiblissement durable de la France qui se prépare, et bien évidemment de la gauche, s'il n'est pas mis un coup d'arrêt à la chute dans laquelle nous sommes entraînés " écrit-elle dans cette tribune.

"Bien sûr, nous n'oublions pas les succès de la COP21, la priorité donnée à la lutte contre les inégalités à l'école, les avancées de la loi santé. Mais, à côté de cela, que de reculs! ".

La réforme de la loi travail a déclenché les hostilités

Les signataires, en plus du débat sur la déchéance de nationalité ou le pacte de responsabilité , mettent aussi en cause les récents propos de Manuel Valls, qui s’est prononcé en faveur d’une réduction du flux de réfugiés vers l’Europe lors d'un récent déplacement à Munich en Allemagne. Mais c’est bien le projet de loi El Khomri sur le code du travail qui a déclenché les hostilités:

On y trouve des propositions puisées dans le camp d'en face, qui n'ont rien de moderne, et qui sont inefficaces", ajoutent-ils. "Que le patronat institutionnel porte ces revendications, pourquoi pas (...). Mais qu'elles deviennent les lois de la République, sûrement pas ! Pas ça, pas nous, pas la gauche !"

La tribune intervient au moment même où les syndicats se réunissent pour réfléchir à une éventuelle risposte contre ce projet de loi préparé par la ministre du travail.

Michel Sapin réagit

Première réaction au sein du gouvernement après cette tribune au vitriol : celle de Michel Sapin, interrogé dans l'émission Questions d'info sur LCP/France Info/AFP/LeMonde, le ministre des finances assène :"Quand on est dans une situation difficile, il faut éviter les postures"

De son côté, Jean Luc Mélenchon appelle à une "marée citoyenne" pour obtenir le retrait de ce texte.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.