Avec sa tribune publiée dans le journal Le Monde, véritable réquisitoire contre la politique de François Hollande, Martine Aubry a ouvert le feu dans la guerre des gauches. La maire de Lille persiste et signe : il faut que ça sorte, explique-t-elle.

La formule de cette tribune incendiaire co-signée avec 17 autres personnalités de gauche a fait mouche : "Trop, c’est trop", quelques mots qui ont sonné la charge chez les frondeurs du gouvernement. Gestion de la crise des migrants, débat sur la déchéance de nationalité, et - goutte d’eau qui a fait déborder le vase - le projet de loi El Khomri sur le travail : les signataires de la tribune ont déversé leur colère sur la place publique.

Qu’on ne nous dise pas que c’est la gauche moderne, assène Martine Aubry

Martine Aubry, au micro d’Antoine Sabbagh : "La loi El Khomri, ce sont de vieilles recettes"

30 sec

Martine Aubry préfère "parler maintenant que se taire demain"

Une tribune qui marque à coups sûrs une véritable rupture. Les explications de Carine Bécard

51 sec

Une tribune, et après? Les explications de Carine Bécard

De son coté, François Hollande, toujours en voyage officiel en Argentine, a soigneusement évité le sujet. La conférence de presse prévue avec le président argentin s'est subitement transformé en déclaration, sans questions des journalistes.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.