[scald=90839:sdl_editor_representation]SAINT-FONS, Rhône (Reuters) - Le candidat du Front de gauche à l'élection présidentielle, Jean-Luc Mélenchon, a exhorté mardi les salariés du site Arkema de Saint-Fons, dans l'agglomération lyonnaise, à entrer en résistance contre le projet de rachat d'une partie des activités de l'entreprise de pétrochimie par le groupe suisse Klesch.

"Il y a une limite à l'exploitation, c'est la résistance", a-t-il lancé du haut d'une tribune improvisée dans la cantine de l'entreprise, devant quelque 300 salariés.

"Vous avez le droit de dire que vous ne voulez pas de cette cession, ce soi-disant repreneur est un dépeceur, une espèce de vampire, on est perçu comme de la chair à canon, on est du petit bois pour le capital", a-t-il ajouté à propos de l'homme d'affaires suisse Gary Klesch, qui est également intéressé par la raffinerie Petroplus de Petit-Couronne (Seine-Maritime).

"On va vendre tout ça? Quel scandale, vendre un euro cette filiale, je n'ai encore jamais vu une branche de l'industrie aussi indispensable que la vôtre", a poursuivi Jean-Luc Mélenchon, qui a été acclamé par les salariés.

"Ce qui se passe ici est une caricature", a insisté le candidat, dénonçant "l'arrivée d'un fonds de pension malfaisant qui ne garantit même pas les retraites des travailleurs".

Jean-Luc Mélenchon est reparti sous les applaudissements et les slogans "Mélenchon Président!" ou encore «Résistance, résistance!". La direction de l'entreprise s'est opposée à ce qu'il visite le site.

"Les travailleurs sont en train de se saisir de l'élection comme au temps des luttes sociales, nous sommes sur le bon chemin", a commenté le candidat d'extrême gauche.

Catherine Lagrange, édité par Sophie Louet

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.