[scald=103791:sdl_editor_representation]PARIS (Reuters) - Jean-Luc Mélenchon estime que les dernières propositions fiscales en date de François Hollande et Nicolas Sarkozy témoignent d'une "mélenchonisation des esprits" dans la campagne présidentielle qui profite aux idées du Front de gauche.

Le candidat du Front de gauche s'est félicité de la proposition du candidat socialiste de créer une tranche d'imposition à 75% pour les hauts revenus et de l'idée du président sortant de prélever une pénalité fiscale sur les revenus des capitaux des "exilés fiscaux" français.

Deux mesures qui font écho au programme du Front de gauche.

Interrogé sur la proposition de Nicolas Sarkozy, formulée lundi soir sur TF1, Jean-Luc Mélenchon, qui progresse dans les sondages à 10% d'intentions de vote, a estimé qu'elle faisait "es affaires".

"Il me banalise et donc ça m'arrange, contrairement à ce que beaucoup de gens croient", a-t-il déclaré dans le cadre de l'émission "Mardi politique" sur RFI-Le Point-20 Minutes-France 24.

"C'est beaucoup plus confortable pour moi de présenter ma radicalité concrète, d'expliquer mes plans à partir du moment où tout le monde, d'une manière ou d'autre, en reprend un bout, reprend mes mots, reprend mes expressions", a-t-il expliqué.

"Il y a une espèce de Front de gauche qui se répand, de 'mélenchonisation' des esprits, si je devais utiliser mon nom qui me sert considérablement", a poursuivi le candidat.

"Donc bravo, continuez, et puis surtout, venez me voir pour que je vous explique comment faire fonctionner tout ça, parce qu'il vaut mieux me faire confiance à moi qui y ai réfléchi, qu'à eux qui ont improvisé ça sur un coin de table", a-t-il ajouté avec ironie.

Sophie Louet

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.