la ministre de la famille dominique bertinotti dévoile qu'elle a un cancer
la ministre de la famille dominique bertinotti dévoile qu'elle a un cancer © reuters

Dans un entretien au Monde, la ministre de la Famille révèle avoir souffert d'un cancer du sein diagnostiqué il y a neuf mois. Elle veut aujourd’hui aider à faire évoluer le regard de la société sur cette maladie.

Dominique Bertinotti, 59 ans, lutte contre un cancer du sein depuis huit mois. Une maladie dont, dit-elle, elle n'a informé que François Hollande début mars, après sa première séance de chimiothérapie. Le chef de l'Etat l'a assuré qu'il respecterait son silence.

Opérée cet été, elle a choisi de parler de sa maladie alors qu'elle vient d'achever sa chimiothérapie. Selon Le Monde, la ministre "va bientôt enlever la perruque qu'elle porte depuis plus de huit mois. On verra d'un coup ses cheveux très courts.".

Dominique Bertinotti a tenu néanmoins à continuer d'assumer sa tâche, notamment lors des débats houleux au Sénat et en deuxième lecture à l'Assemblée nationale sur le projet de loi sur le mariage pour tous.

"Je voulais bien être une ministre malade, pas une malade ministre", explique-t-elle pour justifier sa discrétion, "Je ne me sentais pas assez forte pour gérer en plus le regard des autres."

Cyril Graziani

"Montrer qu'on peut avoir un cancer et continuer une vie au travail".

Portant une perruque, la ministre a continué d'assurer ses fonctions, en organisant son agenda en fonction des séances de chimiothérapie. Elle a manqué une fois le conseil des ministres, le lendemain de son opération.

Elle dit avoir choisi de parler maintenant "pour aider à faire évoluer le regard de la société sur cette maladie dont le nom est terriblement anxiogène.

Elle est également sortie du silence "pour qu'il y ait moins de peur, plus de compréhension. Pour qu'on réfléchisse sur les inégalités face au coût des traitements de confort, comme le vernis spécial pour les ongles ou la perruque, qui sont si importants".

Mais ce qui a été possible pour la ministre, ne l'est pas fforcement pour toutes les femmes, Danielle Messager

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.