C'est la ministre de la Santé Agnès Buzyn qui sera finalement la candidate pour La République en Marche à Paris, après la renonciation vendredi matin de Benjamin Griveaux. Elle a prévu de quitter le gouvernement. Invitée vendredi sur France Inter, la ministre avait pourtant affirmé ne pas avoir le temps de s'impliquer.

Agnès Buzyn, vendredi matin dans le studio de France Inter
Agnès Buzyn, vendredi matin dans le studio de France Inter © Radio France / .

Après le renoncement de Benjamin Grivaux à briguer la Mairie de Paris, la nouvelle candidate de la République en Marche sera donc Agnès Buzyn. La ministre de la Santé a annoncé dimanche après-midi sa candidature, qu'elle a présenté comme une décision motivée : "J'y vais, j'en ai envie", a-t-elle déclaré lors de son annonce de candidature. "J'y vais pour gagner" a-t-elle ajouté. 

Après l'abandon de Benjamin Griveaux, touché par la révélation d'images intimes, Agnès Buzyn avait été sollicitée à plusieurs reprises. Mais vendredi, invitée de la matinale de France Inter, elle avait opposé une fin de non-recevoir à toute candidature aux municipales

Interrogée en fin d'interview par Ali Baddou sur la révélation concernant Benjamin Griveaux, qui à ce moment-là n'avait pas encore annoncé son renoncement, elle avait d'abord écarté tout commentaire sur la situation. A la question de savoir si elle serait candidate aux municipales, elle avait répondu, de façon claire, invoquant un agenda trop chargé pour se mobiliser dans la campagne : 

"Je ne pourrai pas être candidate aux municipales : j'avais déjà un agenda très chargé, j'ai beaucoup de réformes dans le ministère, et s'est rajouté un surcroît de travail avec la crise du coronavirus, qui aujourd'hui m'occupe énormément. J'avais dit à Benjamin Griveaux malgré mon soutien que je ne pourrais pas m'engager auprès de lui".

Dans une lettre, la ministre a annoncé qu'elle quitterait le gouvernement une fois son investiture pour LREM à Paris définitivement actée. Interrogé dimanche sur France 3, le député MoDem Patrick Mignola a toutefois affirmé qu'Agnès Buzyn "est tout à fait en capacité de pouvoir conduire la campagne et de rester au gouvernement".

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.