Le Rassemblement national n'aura finalement qu'un peu plus de 400 listes aux élections municipales. Absence dans une majorité de grandes villes, aucune liste dans une quinzaine de départements : 11 jours avant le scrutin, franceinter.fr refait le point sur les ancrages du parti de Marine Le Pen.

Le RN est absent d'une cinquantaine de chef-lieux en France
Le RN est absent d'une cinquantaine de chef-lieux en France © Maxppp/IP3Press/Alexis Sciard et FranceInter/Xavier Demagny

En 2014, le Rassemblement national avait présenté 600 listes. Il n'y en aura qu'un peu plus de 400, cette fois-ci (411 précisément dans les communes de plus de 1 000 habitants). Ce sont les chiffres du ministère de l’Intérieur, publiées mardi. Un tiers de candidats en moins, donc. En février, France Inter vous révélait déjà la carte de France des zones blanches du RN

Alors que sont tombés les derniers chiffres officiels, il est temps de l’actualiser. Dans de nombreux départements, les candidats investis par Marine Le Pen n’ont pas réussi à monter leurs listes, faute de militants.  

50 chefs-lieux sans la flamme du RN

Dans la moitié des grandes villes de France, personne ne pourra voter RN aux municipales. Cinquante chefs-lieux de département au total sans liste à la flamme tricolore. De La Rochelle à Limoges, de Grenoble à Orléans, d’Auxerre à Nanterre, pourtant siège du mouvement. "Nous avons manqué de femmes", avance un élu. Parité oblige, il leur fallait en effet trouver plusieurs dizaines de colistières dans chaque ville et les porte-à-porte, les petites annonces, n’ont pas suffi.  

Le Rassemblement national sera également absent, sans aucune liste, dans 15 départements ruraux ou ultramarins. Mais Marine Le Pen préfère regarder le verre à moitié plein et se réjouit de présenter un peu plus 400 listes. 

"Nous sommes le parti qui présentons sous notre nom, le plus grand nombre de listes"

"411 listes, c'est beaucoup plus, en notre nom propre, que LR. C'est encore plus qu'En Marche qui ont, en leur nom propre, 247 listes. C'est considérablement plus évidemment que les Verts, que le PCF et que les Insoumis. En réalité, nous sommes le parti qui présentons sous notre nom, le plus grand nombre de listes", assure la présidente du RN. 

Et c’est vrai, Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon ont moins de troupes qu’elle. Mais Marine Le Pen en avait fait une "étape" dans sa conquête de l’Élysée et avec au mieux deux listes dans près de la moitié des départements, elle ne construit pas une écurie présidentielle et reste dépendante de ses fiefs du Sud-Est et du Nord-Pas-de-Calais.

La liste des chefs-lieux où le RN ne sera pas présent 

  • Moulins (Allier),
  • Dignes-les-Bains (Alpes-de-Haute-Provence),
  • Gap (Hautes-Alpes)
  • Privas (Ardèche),
  • Sedan (Ardennes)
  • Foix (Ariège),
  • Rodez (Aveyron)
  • Aurillac (Cantal),
  • Angoulême (Charente),
  • La Rochelle (Charente-Maritime),
  • Bourges (Cher)
  • Tulle (Corrèze)
  • Corse-du-Sud (Bastia)
  • Guéret (Creuse),
  • Périgueux (Dordogne),
  • Evry (Essonne),
  • Chartres (Eure-et-Loir),
  • Auch (Gers),
  • Basse-Terre (Guadeloupe),
  • Cayenne (Guyane),
  • Mamoudzou (Mayotte)
  • Fort-de-France (Martinique)
  • Le Puy-en-Velay (Haute-Loire),
  • Chaumont (Haute-Marne),
  • Vesoul (Haute-Saône),
  • Limoges (Haute-Vienne),
  • Colmar (Haut-Rhin),
  • Nanterre (Hauts-de-Seine),
  • Montpellier (Hérault),
  • Grenoble (Isère),
  • Lons-le-Saunier (Jura),
  • Mont-de-Marsan (Landes),
  • Orléans (Loiret),
  • Agen (Lot-et-Garonne),
  • Mende (Lozère),
  • Saint-Lô (Manche),
  • Chalons en Champagne (Marne),
  • Fort-de-France (Martinique),
  • Bar-le-Duc (Meuse),
  • Alençon (Orne),
  • Chambéry (Savoie),
  • Melun (Seine-et-Marne),
  • Saint-Denis (Seine-Saint-Denis),
  • Belfort (Territoire de Belfort),
  • Créteil (Val-de-Marne),
  • Pontoise (Val-d'Oise),
  • La Roche-sur-Yon (Vendée),
  • Auxerre (Yonne),
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.