Nadine Morano au Parlement européen
Nadine Morano au Parlement européen © Reuters / Vincent Kessler

La commission nationale d'investiture du parti "Les Républicains" a tranché mercredi soir : comme prévu (et souhaité par Nicolas Sarkozy) Nadine Morano est évincée de la tête de liste en Meurthe-et-Moselle pour les prochaines élections régionales.

Une décision qui fait suite à ses propos sur la France "de race blanche", des propos qu'elle n'a jamais voulu retirer ... t qui ont provoqué presque inévitablement son éviction.

La fumée blanche est sortie après45 minutes de commission , mais le sort de Nadine Morano semblait reglé avant tout débat. D'abord, parce que la député européenne n'a jamais fait parvenir de lettre d'excuse, comme le demandaient les instances. Mais aussi parce que tous les élus du Grand Est avaient menacé de démissionner si elle était maintenue.

Quasi-unanimité

C'est finalement à l'unanimité moins trois voix (dont celles de Michèle Alliot-Marie et et Jean-François Copé) que la CNI s'est prononcée. Un choix clair mais pas facile à faire pour le député de Paris, Jean Francois Lamour.

On ne pouvait pas continuer en permanence ce feuilleton où Nadine Morano tenait une place importante. Cette sortie, ce n'est pas de gaieté de coeur mais c'était indispensable pour que cette liste retrouver une forme de sérénité et fasse ce qu'elle doit faire : gagner la région.

Un point de vue partagé par François Fillon, qui estime sur France 5 qu'on en "fait trop autour de cette affaire". Mais il évoque "un procès en sorcellerie excessif".

Dans l'histoire de notre formation politique et d'autres formations politiques, il y a beaucoup de gens qui ont à un moment donné dérapé dans leur discours.

Après l'éviction de Nadine Morano, c'est Valérie Debord qui va conduire la liste "Les Républicains" en Meurthe-et-Moselle.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.