José Bové et des militants anti-OGM effectuent une récolte sauvage   de mais transgénique dans un champ de Monheurt en 2013
José Bové et des militants anti-OGM effectuent une récolte sauvage de mais transgénique dans un champ de Monheurt en 2013 © MaxPPP/SudOuest/Jean-Louis Borderie

Plusieurs dizaines de faucheurs volontaires emmenés par le député européen José Bové ont arraché vendredi des plants de maïs transgénique dans un champ en Haute-Garonne, en présence de militants de Greenpeace.

Sous la pluie et en chanson, les faucheurs ont procédé à l'arrachage de plants à peine sortis de terre pour les remplacer par des graines de maïs bio.

Les faucheurs étaient accompagnés de militants de Greenpeace qui ont déploié des banderoles sur lesquelles on pouvait lire: "OGM, Contamination en cours" ou "Un champ de trouvé, dix de cachés ?"

Selon les militants, la parcelle avait été plantée à la hâte quelques jours avant la parution au Journal officiel du 15 mars d'un nouvel arrêté d'interdiction de la culture de MON 810 par le ministère de l'Agriculture.

Selon les faucheurs, deux parcelles au moins sont actuellement plantées de maïs transgénique, celle de Saubens et une autre dans un département voisin de Midi-Pyrénées.

José Bové a averti :

Les deux champs sont sous surveillance. Si le gouvernement n'agit pas comme on le veut, les deux parcelles seront neutralisées avant floraison, c'est-à-dire avant qu'elles puissent contaminer les autres champs

Le reportage de Corinne Cutilla

Pour l'Association des producteurs de maïs, les "fauchages" relèvent de "la voyoucratie" en bande organisée. L'AGPM qui conteste l'arrêté d'interdiction a saisi le Conseil d'État en référé. Sa décision sera connue en tout début de semaine prochaine.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.