Le patron de Debout La France talonnait Les Républicains dans les sondages en décembre dernier. Mais depuis, la dynamique s’est brutalement arrêtée. Nicolas Dupont-Aignan traverse un passage à vide, entre coups de gueule sur les plateaux télés, approximations, démissions en interne et sondages à la baisse.

A-t-il fait les bons choix pour sa campagne ? En tout cas Nicolas Dupont-Aignan chute dans les sondages
A-t-il fait les bons choix pour sa campagne ? En tout cas Nicolas Dupont-Aignan chute dans les sondages © AFP / Jean-François Monier

Son rêve s’est envolé. En pleine crise des "gilets jaunes", il croyait que les courbes allaient finir par se croiser avec LR. 6 points les séparent désormais. L’entrée en campagne de François-Xavier Bellamy l’a affaibli. La droite BCBG a trouvé son candidat, pendant que lui multipliait les faux pas.

Des attaques personnelles en direct : contre Ali Baddou, le 24 février dernier à Questions Politiques : "Vous truquez tout, vous passez votre vie comme journaliste à faire passer vos convictions personnelles avant votre déontologie de journaliste. Vous cassez tout le monde en faisant des amalgames." lance Nicolas Dupont-Aignan au journaliste.

Puis, dix jours, après contre Patrick Cohen à "C à vous". Des attaques qui se terminent par une demande de quitter le plateau…. Extrait : "Monsieur Cohen est un macroniste qui passe sa vie à cirer les pompes de Macron, c'est un cireur de bottes du pouvoir et il est payé pour ça, pour cracher à la figure des opposants. Il est connu pour sa partialité."

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Un peu plus tôt, il y eut la folle histoire du rattachement de l’Alsace à l’Allemagne relayée par Bernard Monot, l’un de ses eurodéputés, mais également sa frilosité à condamner les violences des "gilets jaunes", puis le limogeage d’une de ses candidates, Emmanuelle Gaven, qui devait prêter, avec son père, 2 millions pour la campagne mais dont les dérapages racistes ont été exhumés. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Il y a également une plainte pour "menaces de mort" après ce que Nicolas Dupont-Aignan a ensuite qualifié de "blague", lorsqu'à Orly, il appelle à "ne pas laisser repartir vivants les députés En Marche s’ils votent [la loi Pacte] à l’Assemblée", qui prévoit la privatisation d'Aéroports de Paris (ADP).

Nicolas est devenu Monsieur Plus" commente Marine Le Pen, mais les gens préfèrent toujours l’original à la copie. 

"Les bons sondages l’ont fait déraper" ajoute un de ses anciens fidèles. Résultat, l’une de ses conseillères presse vient de démissionner. Et Nicolas Dupont-Aignan a dû aller faire le ménage dans sa fédération du Var, samedi dernier. Le secrétaire départemental, qui avait publiquement critiqué sa stratégie, a été démis de ses fonctions. Nicolas Dupont-Aignan mise tout, maintenant, sur les débats télés pour déstabiliser son ennemi : François-Xavier Bellamy. 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.