Le patron de Debout La France talonnait Les Républicains dans les sondages en décembre dernier. Mais depuis, la dynamique s’est brutalement arrêtée. Nicolas Dupont-Aignan traverse un passage à vide, entre coups de gueule sur les plateaux télés, approximations, démissions en interne et sondages à la baisse.

A-t-il fait les bons choix pour sa campagne ? En tout cas Nicolas Dupont-Aignan chute dans les sondages
A-t-il fait les bons choix pour sa campagne ? En tout cas Nicolas Dupont-Aignan chute dans les sondages © AFP / Jean-François Monier

Son rêve s’est envolé. En pleine crise des "gilets jaunes", il croyait que les courbes allaient finir par se croiser avec LR. 6 points les séparent désormais. L’entrée en campagne de François-Xavier Bellamy l’a affaibli. La droite BCBG a trouvé son candidat, pendant que lui multipliait les faux pas.

Des attaques personnelles en direct : contre Ali Baddou, le 24 février dernier à Questions Politiques : "Vous truquez tout, vous passez votre vie comme journaliste à faire passer vos convictions personnelles avant votre déontologie de journaliste. Vous cassez tout le monde en faisant des amalgames." lance Nicolas Dupont-Aignan au journaliste.

Puis, dix jours, après contre Patrick Cohen à "C à vous". Des attaques qui se terminent par une demande de quitter le plateau…. Extrait : "Monsieur Cohen est un macroniste qui passe sa vie à cirer les pompes de Macron, c'est un cireur de bottes du pouvoir et il est payé pour ça, pour cracher à la figure des opposants. Il est connu pour sa partialité."

Un peu plus tôt, il y eut la folle histoire du rattachement de l’Alsace à l’Allemagne relayée par Bernard Monot, l’un de ses eurodéputés, mais également sa frilosité à condamner les violences des "gilets jaunes", puis le limogeage d’une de ses candidates, Emmanuelle Gaven, qui devait prêter, avec son père, 2 millions pour la campagne mais dont les dérapages racistes ont été exhumés. 

Il y a également une plainte pour "menaces de mort" après ce que Nicolas Dupont-Aignan a ensuite qualifié de "blague", lorsqu'à Orly, il appelle à "ne pas laisser repartir vivants les députés En Marche s’ils votent [la loi Pacte] à l’Assemblée", qui prévoit la privatisation d'Aéroports de Paris (ADP).

Nicolas est devenu Monsieur Plus" commente Marine Le Pen, mais les gens préfèrent toujours l’original à la copie. 

"Les bons sondages l’ont fait déraper" ajoute un de ses anciens fidèles. Résultat, l’une de ses conseillères presse vient de démissionner. Et Nicolas Dupont-Aignan a dû aller faire le ménage dans sa fédération du Var, samedi dernier. Le secrétaire départemental, qui avait publiquement critiqué sa stratégie, a été démis de ses fonctions. Nicolas Dupont-Aignan mise tout, maintenant, sur les débats télés pour déstabiliser son ennemi : François-Xavier Bellamy. 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.