Le candidat à la présidence de l'UMP s'était engagé à ne pas diffuser ce chiffre. Inutile, avait expliqué l'entourage de Nicolas Sarkozy, de se montrer désagréable avec ses concurrents. Sous-entendu : l'ex-Chef d'Etat ne voudrait pas donner l'impression d'écraser ses deux adversaires, les députés Hervé Mariton et Bruno Le Maire. Changement de stratégie aujourd'hui : l'équipe de l'ancien président a finalement laissé échapper le fruit de sa récolte : 32 000 parrainages. Il fallait en décrocher 2681 pour avoir le droit de postuler à la tête du parti. Bruno Le Maire en a obtenu 12 000 et Hervé Mariton s'est toujours refusé à communiquer sur le sujet. Une question s'impose tout de même : pourquoi ce "revirement" dans le camp Sarkozy ? Faut-il y voir une envie d'effacer un mauvais départ dans sa campagne, ou le besoin de rappeler que (comme toujours) c'est lui le plus fort !

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.