[scald=114633:sdl_editor_representation]PARIS (Reuters) - Nicolas Sarkozy estime qu'il y a "une proximité" entre lui et François Bayrou sur la priorité à accorder à la lutte contre déficits publics et se dit ouvert à une reconnaissance du vote blanc réclamée par le candidat MoDem.

Dans une interview publiée vendredi par le quotidien 20 minutes, il fait ainsi l'appel du pied le plus clair à ce jour à François Bayrou au moment où des responsables de la majorité jugent que celui-ci ferait un très bon Premier ministre d'un second quinquennat du président sortant.

Prié de dire si les propositions de François Bayrou sont compatibles avec son programme, il répond : "Il y a une proximité dans sa proposition sur l'équilibre des finances publiques".

"François Bayrou considère que la réduction des déficits, c'est une priorité. Vous me dites : 'Est-ce que je suis d'accord ?' Oui. La meilleure preuve, c'est que nous la mettons en oeuvre. Pour le reste, chacun peut avoir sa sensibilité et ses différences, c'est autre chose", ajoute-t-il.

Nicolas Sarkozy déclare encore ne voir "pas d'inconvénient" à la reconnaissance du vote blanc.

"C'est l'expression d'une position. On ne peut pas dire à quelqu'un qui fait l'effort de se déplacer pour voter que l'on ne reconnaît pas son vote. Il n'y a pas un bon vote et un mauvais vote. Il y a un vote et il doit être pris en compte", explique-t-il.

Yann Le Guernigou, édité par Yves Clarisse

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.