[scald=103771:sdl_editor_representation]PARIS (Reuters) - Nicolas Sarkozy a qualifié mardi de "secte" le mouvement Europe Ecologie-Les Verts (EELV), avec lequel le Parti socialiste a signé un accord électoral et programmatique en vue des prochaines élections présidentielle et législatives.

Lors d'un colloque organisé par l'Association française des entreprises privées (AFEP) et Le Monde, le chef de l'Etat, candidat à un second mandat, a réaffirmé qu'il n'accepterait "jamais" une remise en cause de l'industrie nucléaire française.

"Vouloir remettre en cause ce qui faisait consensus parce qu'on a signé un papier avec ce qu'il faut bien appeler une forme de secte" est une "idée folle" et "irresponsable", a poursuivi le président sortant.

Il faisait allusion à l'engagement de son adversaire socialiste, François Hollande, de réduire de 75% à 50% la part du nucléaire dans la production d'électricité en France d'ici 2025 et à l'accord conclu avec EELV réservant une soixantaine de circonscriptions législatives au mouvement écologiste.

"Et tout ça pour gagner quatre circonscriptions pour les Verts ? On va mettre par terre 50 ans d'investissements de la France ?" a ajouté Nicolas Sarkozy.

Emmanuel Jarry, édité par Yves Clarisse

Mots-clés :

Derniers articles


Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.