Où le PS résiste-t-il ?
Où le PS résiste-t-il ? © Xavier de Torres/Maxppp/MAXPPP / Xavier de Torres/Maxppp/MAXPPP

La partie est mal engagée pour le PS. Le second tour des élections départementales devrait acter la bascule d'une quinzaine de territoires de gauche à droite, voire à l'extrême droite. Pourtant, il y a quelques départements dans lesquels la gauche résiste.

Après avoir tourné les chiffres dans tous les sens, le verdict est sans appel : seul 20 départements seront très certainement conservés, en tête des zones les plus résistantes, le Sud-Ouest : Landes, Gers, Gironde ....

Certes le Lot-et-Garonne et les Pyrénées-Atlantiques ont de très grandes chances de passer sous pavillon UMP, mais il l'était déjà avant la vague rose de 2008. Autre territoire a priori préservé dans l'escarcelle du PS : la Loire-Atlantique, le Finistère, la Seine-Maritime . Au centre, les indéboulonnables Nièvre, Creuse et Puy-de-Dôme . Sans compter dans le sud-est, l'Isère, les Alpes de Haute Provence, l'Ardèche ou encore la Haute-Corse . Voilà pour les quasi-certitudes, quelques bastions à l'abri d'une vague bleu bien difficile à contrer en PACA et dans le Nord-Pas-de-Calais par exemple. Dans ces deux régions, FN et UMP dépassent tous deux les 30%, quand le PS vivote à 18%.

Pour le reste, le secrétaire national aux élections, Christophe Borgel a donné la consigne : "si un candidat de gauche est dans une meilleure position qu'un socialiste, ce dernier se désistera". De quoi préparer aussi le troisième tour, celui qui décidera des alliances dans les conseils départementaux.

► ► ►CONSULTER | Les résultats canton par canton

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.