En campagne pour les élections européennes, la présidente du Rassemblement national a choisi de passer une semaine dans l’Océan Indien, en commençant par Mayotte. Marine Le Pen y a reçu un très bon accueil en déroulant son discours anti-immigration.

Des militants RN avaient organisé une haie d’honneur à son arrivée au port de Mamoudzou.
Des militants RN avaient organisé une haie d’honneur à son arrivée au port de Mamoudzou. © Radio France / Maxence Lambrecq

D’un point de vue électoral, venir à Mayotte avant les européennes, ce n’est pas rentable. L’abstention frôle, en général, les 90 %. Ce n’est donc pas pour convaincre quelques milliers d’électeurs que Marine Le Pen réalise ce coûteux déplacement, mais pour envoyer un nouveau signal : montrer qu’elle reste aux côtés des “oubliés”, que ce soit dans le Pas-de-Calais ou dans l’Océan Indien. La patronne du Rassemblement national cultive sans cesse cette image. "Il faut que les Français sentent que Marine est proche d’eux et que, contrairement à Macron, elle ne fait pas semblant", confirme un de ses conseillers.

Dès sa descente d’avion, ce mardi matin, après une nuit de vol entre Paris et Dzaoudzi, Marine Le Pen a revêtu un pagne et un collier de fleurs, offerts par des militants RN. Ils avaient aussi organisé une haie d’honneur à son arrivée au port de Mamoudzou entre drapeaux tricolores, chants traditionnels et embrassades. Marine Le Pen a même esquissé une chorégraphie avant de monter dans sa voiture.

La présidente du Rassemblement national adore ces images, d’autant plus sur une terre où l'islam est très présent : ici, l’immense majorité de la population est musulmane. Des femmes voilées sont venues l’accueillir. En 2016, elle avait même été chaleureusement reçue par le grand cadi, le chef des musulmans de Mayotte qui, depuis, a pris sa retraite. Elle cherche ainsi à démontrer son ouverture et sa tolérance à l’égard de l’islam.

Pourquoi un tel accueil ? 

Si Marine Le Pen a réussi à recueillir 42 % des voix au second tour de la présidentielle en 2017, c’est parce que son discours anti-immigration résonne ici très fort. ”L’immigration illégale venue des Comores est ici la cause de tous les problèmes”, affirme Marine Le Pen. Chaque année, des dizaines de milliers de Comoriens débarquent sur les côtes françaises à bord de petites embarcations de pêche, les kwassa-kwassa. “On dit qu’il y a ici 270 000 personnes, mais c’est faux : il y a au moins 400 000 habitants et on ne veut pas les voir”, assure Marine Le Pen. En 2018, 45 % de la population de Mayotte serait étrangère selon les chiffres de l'INSEE.

Mayotte accueille ainsi le plus grand centre de rétention administrative de France, que Marine Le Pen a souhaité visiter.  

Cette immigration est, pour elle, à l’origine de l’insécurité. Mayotte est le département français avec le plus fort taux de délinquance. “Sans sécurité, on ne peut rien construire”, déroule Marine Le Pen. “Il y a ici l’un des plus beaux lagons du monde, mais quasiment aucun touriste, pourquoi ? Parce que tout le monde sait qu’on est en danger dans les rues après 18 heures.”

La plus grande maternité de France

L’autre particularité de Mayotte, c’est son taux de natalité, le plus important de France : cinq enfants par femme en moyenne. Résultat : la principale maternité est complètement débordée. C’est la plus importante de France avec près de 10 000 naissances par an. 

Marine Le Pen n’hésite pas à avoir un discours très alarmiste pour marquer les esprits. "Si on continue comme ça, on va perdre Mayotte. Les Comores considèrent que c’est une partie de leur territoire et peu à peu, par un effet de substitution de populations, la France va abandonner ce département, pour éviter la guerre civile." 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.