Jean-Marie Le Pen
Jean-Marie Le Pen © MaxPPP/Thomas Padilla

Le patrimoine de Jean-Marie Le Pen intéresse la justice française. Il pourrait lui aussi être lié au scandale des Panama Papers. Son majordome est l'ayant-droit d'une société enregistrée par le cabinet panaméen et dotée de 2,2 millions d'euros.

Une société écran ne suffit pas toujours à échapper aux radars de Tracfin car c'est la cellule anti-blanchiment qui a donné aux juges du grain à moudre. L'argent aurait d'abord été caché en Suisse puis à Guernesey et plus récemment aux Bahamas. Une enquête est en cours au parquet financier pour fraude fiscale.

S'agit-il de l'argent de Gérald Gérin, l'homme de confiance de Jean-Marie Le Pen, qui est aussi trésorier de ses micro-partis ? Les enquêteurs en doutent d'après la note de Tracfin citée par Le monde. Gérald Gérin n'est jamais allé en Suisse, contrairement aux époux le Pen qui s'y rendent régulièrement et parfois au moment où il y a des opérations sur le compte.

Le nom de Gérald Gérin est associé à des mouvements financiers importants "sans rapport avec ses revenus" observe Tracfin. La confusion vient aussi du fait qu'il a trois cartes de paiement rattachées à des comptes du FN ou des époux le Pen. Bref, pour Tracfin, il ressemble bien à un prête-nom, alors que Jean-Marie Le Pen continue de se défendre sur le mode "lui c'est lui, moi c'est moi". Et Jean-Marie Le Pen répond ce mardi soir en exclusivité à France Inter. Il se défend de toute dissimulation et accuse Le Monde, il l'a dit à Aurélien Colly

Moi je me sens tout à fait étranger à ce qui s'est passé au Panama... Je n'ai aucune raison de m'inquiéter

Les investigations du journal Le Monde reprennent aussi les soupçons qui pèsent sur des proches de Marine Le Pen en détaillant des montages complexes de dissimulation d'évasion de 300 000 euros.

Enfin la France, par la voix de Michel Sapin, annonce ce mardi qu'elle va réinscrire le Panama sur sa liste des paradis fiscaux. Il en était sorti en 2012 après la signature d'une convention avec les autorités panaméennes.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.