[scald=39187:sdl_editor_representation]PARIS (Reuters) - "Tout le monde serait perdant" à remettre en cause le dispositif d'indemnisation des cadres les plus aisés au chômage, comme le suggère Bruno Le Maire, a estimé vendredi Laurence Parisot.

Dans un entretien à L'Express, le ministre de l'Agriculture, chargé du projet présidentiel de l'UMP pour 2012, souligne que des "décisions courageuses" s'imposeront pour le redressement des finances publiques de la France.

Et il pose cette question : "Pouvons-nous garder un dispositif d'indemnisation du chômage parmi les plus généreux du monde, en particulier pour les cadres à hauts salaires?"

Interrogée à ce sujet sur Canal+, la présidente du Medef a jugé que cette piste n'était pas la plus fondée.

L'assurance chômage est "un régime social qui peut assez vite retrouver l'équilibre de ses finances", a-t-elle noté.

"Si jamais on baissait les allocations versées aux cadres en cas de chômage, il faudrait aussi symétriquement baisser leurs cotisations, sinon ce serait tout à fait injuste", a-t-elle poursuivi.

"Or les cotisations des cadres font partie des recettes les plus importantes du régime, donc au total tout le monde serait perdant", a conclu la dirigeante du patronat français.

Plusieurs voix se sont élevées au sein du Parti socialiste pour dénoncer dans cette piste de réflexion une proposition choquante alors que le chômage frappe aujourd'hui près de 2,6 millions de personnes en France métropolitaine.

Sophie Louet

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.