Nommé Premier ministre lundi, Edouard Philippe doit composer un gouvernement de quinze ministres, paritaire et constitué de politiques ou de personnes issues de la société civile.

Lors de sa première allocution télévisée après sa nomination, Edouard Philippe, a affirmé vouloir "constituer un gouvernement [...] rassembleur de compétences"
Lors de sa première allocution télévisée après sa nomination, Edouard Philippe, a affirmé vouloir "constituer un gouvernement [...] rassembleur de compétences" © AFP / CHRISTOPHE ARCHAMBAULT

Qui à l'Économie, à l'Intérieur, aux Affaires étrangères ? Edouard Philippe, le Premier ministre fraichement nommé par le Président fraichement élu, Emmanuel Macron, doit présenter ce mercredi dans l'après-midi la composition de son gouvernement. Une annonce repoussée d'une journée pour vérifier la situation fiscale de certains futurs ministres.

Parité et société civile

Ce gouvernement s'annonce resserré, avec quinze ministres, et doit répondre à certains critères, à commencer par la parité. Sept à huit femmes sont donc attendues, issues soit de la société civile, soit des élues, mais dont le poids politique importe moins que les compétences.

La société civile, justement, qui devra compter pour au moins un tiers des ministres nommés, soit cinq d'entre eux.

Sur TF1 lundi soir, quelques heures après sa nommination, Edouard Philippe, a affirmé vouloir "constituer un gouvernement [...] rassembleur de compétences". Une déclaration qui vient en écho de celle du président de la République qui avait expliqué début mai vouloir travailler avec des politiques "qui sont des maires importants, des présidents de conseils régionaux ou généraux, des gens qui ont parfois été ministres, mais qui font des choses et qui sauront diriger une administration et conduire une politique publique".

Casier judiciaire vierge

Emmanuel Macron a retenu les leçons de l'affaire Cahuzac ou de la "phobie administrative" de Thomas Thévenoud. Selon les informations recueillies par Cyril Graziani, journaliste politique à France Inter, le Président a soumis une liste de noms à la Haute autorité pour la transparence de la vie publique, afin de s'assurer de leur probité avant toute nomination dans le gouvernement.

Feuille de route et évaluation sur résultats

Pas question non plus pour les ministres de se la couler douce, Emmanuel Macron, qui a placé la moralisation de la politique en tête de ses priorités pendant la campagne, confiera à chaque ministre une "feuille de route", présentée avant les élections législatives qui comportera à la fois des objectifs chiffrés, en terme de budget, et des objectifs de politique publique.

Le respect de cette feuille de route et l'efficacité des ministres sera ensuite évaluée régulièrement par le couple exécutif. "Une fois par an", le président de la République et son Premier ministre décideront de reconduire, ou non, les ministres dans leurs fonctions.

Pas de vacances d'été ?

Dernière contrainte pour le futur gouvernement Philippe : les ministres risquent de ne pas avoir de congés cet été. Lundi soir, Edouard Philippe a indiqué que "tous ceux qui veulent servir la France savent que la tache est immense et qu'elle impose de s'y consacrer pleinement".

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.