[scald=63579:sdl_editor_representation]PARIS (Reuters) - Il n'y aura pas d'accord avec le Parti socialiste sans décision d'arrêter la construction du réacteur de nouvelle génération EPR de Flamanville, dans la Manche, a déclaré samedi la candidate d'Europe Ecologie-Les Verts à l'élection présidentielle, Eva Joly.

La question du nucléaire est l'un des principaux points de discorde entre le PS et les écologistes, qui négocient actuellement un accord électoral en vue des élections présidentielle et législatives de 2012.

"J'affirme solennellement, tranquillement, fermement, qu'il n'y aurait pas d'accord avec les socialistes si nous n'avons pas l'arrêt du chantier de Flamanville. Il n'y a pas de plan B", a déclaré Eva Joly lors du journal de 13 heures sur TF1.

Si aucun accord n'est trouvé, "je porterai toute seule toutes les revendications de sortie du nucléaire et tout le programme écologiste et, j'espère, jusqu'au deuxième tour", a ajouté l'ancienne magistrate.

EDF a annoncé cet été que la commercialisation des premiers kilowattheures produits par la centrale de Flamanville, dont la construction devrait coûter six milliards d'euros, débuterait en 2016.

Elizabeth Pineau

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.