Il n'y aura pas de débat avec les onze candidats sur le service public. Face aux difficultés rencontrées, la deuxième chaîne renonce à l'organiser le 20 avril prochain

Ca devait être le premier des deux débats à "11". Ce sera donc aussi le dernier
Ca devait être le premier des deux débats à "11". Ce sera donc aussi le dernier © AFP / Lionel Bonaventure / POOL

Au lendemain du succès de la soirée BFM/CNews, avec ses six millions 300 000 téléspectateurs, la direction de France Télévision a convoqué ce mercredi après-midi les représentants des 11 candidats et leur a proposé une autre formule.

Ce que la présidente du groupe public, Delphine Ernotte, et le patron de l'Info, Michel Field ont mis sur la table, c'est une soirée où les candidats défileraient les uns après les autres, 15 minutes chacun pour défendre leurs idées et leur programme face à David Pujadas et Léa Salamé.

Pourquoi ce changement ? Parce que "le débat d'hier a été très éclairant pour nous" justifie France Télévision. Éclairant en quoi ? On ne sait pas. La direction de France Télévision rechigne à développer et communique au compte goûte par texto. En tous cas à la sortie de la réunion, David Assouline qui était là pour Benoît Hamon n'a pas caché sa contrariété. "Un débat supplémentaire, en particulier sur le service, public est nécessaire et utile"

La tonalité serait cependant différente selon les candidats. France Télévision leur laisse 48h pour réfléchir. Une certitude et ça c'est France Télévision qui l'affirme : l'émission n'aura lieu que si l'ensemble des candidats acceptent d'y participer.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.