Jean-Louis Borloo doit remettre ce jeudi son rapport sur les banlieues au Premier ministre. Un rapport prêt depuis quelques semaines déjà, mais que l'exécutif repousse sans cesse pour des questions d'agenda.

Dans quelques semaines, Jean-Louis Borloo devrait présenter son plan mais cette fois-ci au Président.
Dans quelques semaines, Jean-Louis Borloo devrait présenter son plan mais cette fois-ci au Président. © AFP / ludovic MARIN

L'ancien ministre de la Cohésion sociale espérait l'adresser directement au président de la République. Le Premier ministre s'est retrouvé coincé. Des Etats-Généraux de la ville sont organisés, ce jeudi après-midi, dans le 19è arrondissement de Paris. 

Tous les élus de banlieues ont été invités. Par conséquent, il était difficile de laisser Jean-Louis Borloo leur détailler son rapport, un rapport qui n'aurait même pas encore été remis aux autorités.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

De toute évidence, l'exécutif était obligé de "bouger". Le problème, c'est qu'Emmanuel Macron, à qui devaient être remises toutes ces propositions, sera, à cette heure-là, à peine rentré de sa visite d'Etat, aux Etats-Unis. 

48 milliards d'euros

L’exécutif ne devait pas, non plus, donner l'impression à tous ces élus qui déjà, n'en peuvent plus, que la banlieue pouvait finalement attendre encore un peu. C'est donc Edouard Philippe, dans un premier temps, qui recevra Jean-Louis Borloo et son plan chiffré à 48 milliards d'euros. Mais l'ancien ministre de Jacques Chirac et de Nicolas Sarkozy qui a toujours été très habile en politique aura droit aussi dans quelques semaines, à une deuxième séquence qui, cette fois, sera présidentielle.