Emmanuel Macron n'a toujours pas tranché l'organisation du Grand Paris. En attendant, les élus des départements d'Île-de-France se mobilisent contre la suppression de trois départements, scénario le plus plausible du préfet de la région.

Patrick Devedjian en compagnie de Valérie Pécresse
Patrick Devedjian en compagnie de Valérie Pécresse © AFP / JACQUES DEMARTHON

Depuis fin décembre, un scénario alimente l'inquiétude, voire la colère des élus des départements d'Île-de-France : dans un document de travail dévoilé par Le Monde, le préfet de la région évoque trois hypothèses dont celle de fusionner Paris et la petite couronne. 

Cette option est la plus redoutée évidemment par les trois présidents de département concernés. Parce que dans une telle hypothèse, les Hauts-de-Seine, la Seine-Saint-Denis et le Val-de-Marne seraient tout simplement supprimés et remplacés par des Établissements Publics Territoriaux. 

Joint par Carine Bécard, journaliste au service politique de France Inter, le président du conseil départemental des Hauts-de-Seine, Patrick Devedjian craint que ce scénario ne fasse que complexifier le fonctionnement des administrations. Citant l'exemple des établissements scolaires gérés à ce jour par son département, il explique que ces collèges et lycées pourraient être placés sous la gestion de quatre administrations contre une seule aujourd'hui.

Patrick Devedjian estime de toute manière à dix ans le temps nécessaire pour que la métropole fonctionne efficacement. Une décennie sur laquelle le président des Hauts-de-Seine entend bien peser. Et tout comme lui, les autres présidents des départements prévoient de riposter.

Emmanuel Macron coincé

Mais pour le moment, rien n'est tranché : Emmanuel Macron est officiellement toujours en phase de réflexion. Depuis des semaines, le président consulte les politiques, les acteurs économiques, sans oublier bien sûr les urbanistes. Seulement, toutes ses consultations ne lui ont pas permis de prendre sa décision.

En réalité, il a devant lui deux solutions. La première, c'est de choisir de faire coller les frontières de cette nouvelle métropole avec celles de la région, ce qui signifie privilégier la présidente de l'Île-de-France, Valérie Pécresse au détriment de la maire de Paris, Anne Hidalgo. C'est aussi ce que préconise Patrick Devedjian.

Mais ce ne serait pas l'option privilégiée : quelques députés de la majorité, chargés de travailler sur le dossier, pousseraient Emmanuel Macron vers la première hypothèse, celle de supprimer trois départements, ce qui signifie cette fois, privilégier Paris au détriment de la banlieue.

Arrivé à l'Élysée, Emmanuel Macron promettait de trancher dès l'automne, avant de repousser à la fin de l'année 2017, puis désormais à février. Parce que le Président, sur le sujet, est sacrément coincé !

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.