Nicolas Sarkozy lors du 1er congrès des "Républicains"
Nicolas Sarkozy lors du 1er congrès des "Républicains" © MaxPPP/EPA/Yoan Valat

Dans quelles conditions sera organisée la primaire à droite ? Une semaine après le baptême du nouveau parti de Nicolas Sarkozy "Les Républicains", ses futurs adversaires s'inquiètent.

Pas question de laisser l'ancien président, organiser seul cette élection mais Nicolas Sarkozy a déjà accepté le principe d'un Comité indépendant chargé de l'organisation. Il sera officiellement créé mardi soir et la composition validée par le Bureau politique. Sauf que, manifestement; cela ne suffit pas à rassurer tous les potentiels candidats.

La guerre Copé - Fillon, à droite, a laissé des traces . L'histoire remonte à la fin de l'année 2012 : pendant un mois, chacun a contesté à l'autre, sa victoire pour la présidence de l'UMP. Une histoire, qui a surtout prouvé que quand il s'agit d'une élection interne au parti, rien ne doit être laissé au hasard.

Or, les questions ne manquent pas concernant la primaire de 2016. Par exemple, combien faut-il de bureaux de vote ? Où les installer ? Parce que, s'ils sont très nombreux, et situés dans des lieux neutres, dans des écoles, plutôt qu'à l'intérieur des Fédérations de l'ex-UMP, il y a fort à parier que les résultats ne seront pas tout à fait les mêmes. Juppé, Fillon, Le Maire en sont persuadés.

Pour calmer les ardeurs, Nicolas Sarkozy leur a déjà promis un Comité chargé d'organiser la primaire. Mais ses adversaires l'exigent immédiatement. Parce qu'après le baptême raté du parti "Les Républicains", son président n'est pas en position de force pour négocier. Ses opposants ont décidé d'en profiter.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.