Il prétendait avoir une liste d'hommes politiques français ayant des comptes non déclarés en Suisse. L'ancien cadre de la banque suisse Reyl, emprisonné depuis début juillet revient donc sur sa position. La classe politique française souffle.

Ce témoin-clé dans l'affaire Cahuzac, n'a donc pas de liste d'hommes politiques français ayant des comptes non déclarés en Suisse. Selon son avocat Maître Edmond de Braun :

Cette liste n'a jamais existé. (M. Condamin-Gerbier) a utilisé cet argument pour faire taire les menaces dont il faisait l'objet à l'époque. L'ancien banquier reconnaît maintenant que c'était un moyen de pression très maladroit.

Pierre Condamin-Gerbier
Pierre Condamin-Gerbier © Benoît Collombat/Radio France

La prétendue liste de M. Condamin-Gerbier affirmait que sa liste comportait "une quinzaine" de noms d'ex-ministres ou d'actuels ministres. Il a ajouté que cette liste a été transmise le 2 juillet à la justice française.

La banque Reyl est au centre de l'enquête sur Jérôme Cahuzac pour avoir longtemps géré un compte de l'ancien ministre français. Après les déclarations de Pierre Condamin-Gerbier devant le Sénat, la banque Reyl a déposé une plainte en Suisse contre son ex-employé, notamment pour "vol, falsification de document (faux dans les titres) et violation du secret professionnel et commercial".

Pierre Condamin-Gerbier a été arrêté début juillet en Suisse. Le Tribunal pénal fédéral (TPF) a confirmé le 8 août qu'il devrait rester en détention. Selon son avocat, Pierre Condamin-Gerbier "a le sentiment d'avoir été floué par les médias et par certaines autorités" :

On lui avait assuré que son témoignage devant le Sénat serait à usage interne, or il a été révélé au public. L'homme se sent pris au milieu de tensions entre la Suisse et le France.

Les réactions plitiques en France, Carine Bécard

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.