A ses yeux, le programme économique du FN, qui "n'est ni tourné vers l'avenir, ni vers la compétitivité",n'est pas "responsable"
A ses yeux, le programme économique du FN, qui "n'est ni tourné vers l'avenir, ni vers la compétitivité",n'est pas "responsable" © MaxPPP

Le président du Medef met en garde, dans une interview publiée mardi, contre le programme économique "irresponsable" du Front national à quelques jours du premier tour des élections régionales qui pourraient voir le parti de Marine Le Pen remporter au moins une région.

Alors que le quotidien régional La Voix du Nord a pris de nouveau position contre le Front National lundi en épinglant son programme dans ses colonnes, c’est au tour du président du Medef de mettre en garde dans une interview publiée mardi, contre le programme économique "irresponsable" du parti de Marine Le Pen.

> Réécoutez l'interview de Gabriel d'Harcourt, directeur de la publication de la Voix du Nord

"Je ne m'exprime pas sur la politique mais sur le programme économique du Front national", souligne ainsi Pierre Gattaz dans les colonnes du Parisien-Aujourd'hui en France. "Et là, je dis attention, car il me rappelle étrangement le programme commun de la gauche de 1981." "Retour de la retraite à 60 ans, augmentation de tous les salaires avec notamment une hausse du SMIC de 200 euros, retour au franc, augmentation des taxes d'importation... c'est exactement l'inverse de ce qu'il faut faire pour relancer la croissance économique du pays", poursuit-il. "L'économie a besoin de pragmatisme, de lucidité."

"Mon problème n’est pas le Front national… C’est le programme économique du Front national", explique Pierre Gattaz :

A ses yeux, le programme économique du FN, qui "n'est ni tourné vers l'avenir, ni vers la compétitivité", n'est pas "responsable". "On ne peut pas fermer les frontières. Le monde attend la France et ce n'est pas en nous recroquevillant sur nous-mêmes que nous allons y arriver", dit Pierre Gattaz. "Il s'agit de ne pas confondre les problèmes sécuritaires avec les problèmes économiques."

Le Front national réclame un débat

La réponse du Front national n’a pas tardé. Sur son compte Twitter, le parti appelle via un communiqué publié dans la foulée à un débat avec Pierre Gattaz : "Point par point, lit-on mardi matin, nous pouvons réfuter les critiques de Pierre Gattaz devant nos compatriotes. Nous lui demandons donc de cesser les jets de pierre effectués à bonne distance et lui proposons de venir débattre avec les économistes du Front National de notre programme économique sur le terrain qu’il préfère : studio de télévision, radio ou grand quotidien."

Un peu plus tôt, le vice-président du FN avait lui aussi réagi rapidement réagi à la charge du patron du Medef :

"Au fait M. Gattaz, où est passé votre badge '1 million d'emplois'?", écrit ainsi Florian Philippot. "Gattaz, représentant de la politique infâme du 'mort aux pauvres' donne des leçons d'économie ? Après tant d'échecs ? On rit ou on pleure ?" Selon un récent sondage BVA, deux régions pourraient être dirigées par le Front national en cas de triangulaires : le Nord-Pas-de-Calais-Picardie, où Marine Le Pen est créditée de 44% d'intentions de vote au second tour, et la Provence-Alpes-Côte d'Azur, où Marion Maréchal-Le Pen recueille 43% d'intentions de vote. Au total, en France métropolitaine (la Corse ne fait pas partie de l'étude), le Front national est crédité de 31% des intentions de vote, derrière les listes de gauche (33%) et les listes de droite (36%), selon ce même sondage.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.