Une création originale France Inter

Retrouvez le podcast inédit de Thomas Legrand, qui analyse les moments forts de la Présidentielle 2017. Une chronique riche et pertinente sur ce grand moment de la politique française à écouter et télécharger en exclusivité sur France Inter !

Le pouvoir ne se gagne pas… il se prend !

Patrice Raunet

2017 a vu un grand chambardement dans la politique française : plusieurs générations d’hommes et de femmes politiques blackboulés, le paysage politique, ses frontières, sa topographie, ses reliefs ont été radicalement transformés… Dans un podcast original, À la hussarde, Thomas Legrand revient sur l’aventure politique et électorale de chacun des grands candidats.

► Abonnez-vous au podcast via iTunes ou le fil RSS (les neuf épisodes de la série sont déjà disponibles au téléchargement)

1. Emmanuel Macron : l’été des dupes

En 2016, Emmanuel Macron est ministre de l’Économie et de l’Industrie dans le gouvernement de Manuel Valls ; il est même une pépite scintillante de la Hollandie pourtant déclinante. Le 30 août, il choisit de démissionner… et le 10 novembre, ce jeune homme de 38 ans, jamais élu nulle part, inconnu du grand public, se déclare candidat pour la présidence de la République.

Gaspard Gantzer, conseiller en communication de François Hollande, nous éclaire sur l'ascension fulgurante de celui qui est devenu le huitième président de la Ve République.

26'32

Emmanuel Macron : l’été des dupes

Par À la hussarde
Emmanuel Macron en 2016
Emmanuel Macron en 2016 © AFP / Sébastien Bozon

2. Benoît Hamon, la chute

2017 est une année charnière pour la politique française : à gauche comme à droite, en France, les circonstances sont au grand chambardement des sortants et des partis classiques. L’une des victimes de ce tremblement de terre, c’est bien sûr le PS - et celui qui fut son représentant pour la présidentielle, Benoît Hamo, chargé, bien malgré lui de porter, une part du fardeau du bilan de François Hollande… 

Pour tenter de comprendre un peu le "cas Hamon", Thomas Legrand interroge Mathieu Hanotin, directeur de campagne de Benoît Hamon.

22'48

Benoît Hamon, la chute

Par France Inter
Benoît Hamon fait un discours à la maison de la Mutualité le 23 avril 2017, juste après que se soient fait connaître les résultats du premier tour de l'élection présidentielle
Benoît Hamon fait un discours à la maison de la Mutualité le 23 avril 2017, juste après que se soient fait connaître les résultats du premier tour de l'élection présidentielle © AFP / Philippe Lopez

3. Le Pen / Dupont-Aignan : l’alliance de la carpe et du lapin

Les résultats du premier tour de vote donnent Marine Le Pen en deuxième position, derrière Emmanuel Macron… Nicolas Dupont-Aignan, lui, a réalisé un honorable et assez prévisible score de 5%. Les deux candidats à droite de la droite passent un accord - un événement alors inédit… 

Pour évoquer cet accord, Thomas Legrand reçoit Paul-Marie Coûteaux, l'un des théoriciens et ardent défenseur de ce que l’on appelle "le souverainisme".

18'40

Le Pen / Dupont-Aignan : l’alliance de la carpe et du lapin

Par France Inter
Marine Le Pen (candidate du Front National) et Nicolas Dupont-Aignan (Debout la France) s'allient pour le second tour de l'élection
Marine Le Pen (candidate du Front National) et Nicolas Dupont-Aignan (Debout la France) s'allient pour le second tour de l'élection © AFP / Joël Saget

4. François Fillon, la défaite impossible

Tout avait merveilleusement commencé pour François Fillon : les autres candidats de la primaire de la droite l'avaient sous-estimé et à la fin du mois de novembre 2016, le candidat remportait la primaire de la droite. L’éternel numéro 2, le terne et sérieux Fillon, l’homme intègre et droit, allait, contre toute attente, être le président en mai 2017 - pensait-on alors ! La France qui n’avait jamais eu le courage de faire les réformes nécessaires allait se donner (disait-on à droite) un homme à poigne mais qui, contrairement à Nicolas Sarkozy, n’est pas du genre à jouer du menton autoritaire et finalement à ne rien faire de déterminant. Il serait, à n’en pas douter, opposé à Marine Le Pen, au second tour, et bien que peu apprécié de la gauche, il gagnerait parce qu’au-delà de son programme en forme de purge et de conservatisme, la personnalité de l’homme était respectable, anti-bling bling. Cet ancien séguiniste avait maintenant des idées bien à droite mais avait montré par le passé qu’il savait négocier et respecter les corps intermédiaires… Et puis la France était à droite, la gauche avait eu sa chance et l’avait gâchée, c’était donc au tour de la droite… Personne ne savait alors que les scénaristes de Baron Noir ou d’House Of Cards étaient des nains sans imagination face à ceux de la réalité et du destin politique français…

Pour revenir sur cette défaite impossible, Thomas Legrand a invité Patrick Stefanini, qui fut le directeur de campagne du candidat Fillon. Il est l'auteur, avec Carole Barjon de Déflagration … le titre est explicite ! 

17'55

François Fillon, la défaite impossible

Par France Inter
François Fillon aura cru à sa victoire jusqu'à la fin
François Fillon aura cru à sa victoire jusqu'à la fin © AFP / Benjamin Mengelle / Hans Lucas

5. Jean-Luc Mélenchon, l’insoumis

Arrivé au premier tour avec près de 20% des voix, Jean-Luc Mélenchon est dans le mouchoir de tête des résultats des élections... mais en quatrième position : il ne passe donc pas au second tour... Pourtant, le vieux leader de gauche a su créer autour de sa candidature une dynamique impressionnante. Et surtout, alors que c'est  le plus âgés des grands candidats, il aura réussi à intéresser, puis ramener à la chose publique, une partie de la jeunesse que l’on disait définitivement perdue pour l’engagement politique… 

Pour retracer le parcours de Jean-Luc Mélenchon pendant cette saison électorale 2016/2017 : Éric Coquerel, député de Seine-Saint-Denis, et qui fut l’un des principaux animateurs de la campagne aux côtés du candidat Mélenchon.

19'25

Jean-Luc Mélenchon, l’insoumis

Par France Inter
Jean-Luc Mélenchon, ici lors d'un meeting à Marseille
Jean-Luc Mélenchon, ici lors d'un meeting à Marseille © AFP / Georges ROBERT / CrowdSpark

6. Marine Le Pen : le dernier combat (?)

Le scénario de la présidentielle de 2017 semblait écrit pour Marine Le Pen et ce qu’elle représentait dans la sphère politique française… La première place au premier tour, et un rôle centrale dans l’opposition post 2017 lui était promis - ou, pourquoi pas, la victoire ! 

Les « circonstances », comme disait le général de Gaulle, semblaient être réunies en faveur de la candidate du FN : le Brexit en Angleterre, la progression, partout en Europe, de mouvements politiques populistes, qui proposaient une forme de nationalisme ou de souverainisme, tantôt avec des valeurs très conservatrices, voire réactionnaires, tantôt avec des idées plus sociales… mais toujours en réaction à une construction européenne vécue comme dominée, soit par un libéralisme anglo-saxon soit par un capitalisme rhénan, sous la férule austéritaire de Berlin. Et puis, aux Etats-Unis, la victoire de Donald Trump consacrait le triomphe de l’anti-système et de la transgression anti-élite, cela même que Jean-Marie Le Pen, puis Marine Le Pen, incarnaient en France depuis longtemps. Partout dans le monde, de la Russie à l’Indonésie en passant par la Turquie, des pouvoirs forts semblaient avoir l’assentiment des peuples… Pourquoi ce mouvement mondial épargnerait-il la France ? 

Pour revivre la campagne de la candidate Bleue Marine : Thomas Legrand a invité Florian Philippot, ex-numéro deux du FN et inspirateur de la stratégie et de la ligne politique de ce parti jusqu’à son départ après les dernières législatives.

17'39

Marine Le Pen : le dernier combat (?)

Par France Inter
Avec 33,94% des suffrages au second tour des élections, Marine Le Pen a récolté les voix de plus de 10 millions de Français - un score historique pour le Front National
Avec 33,94% des suffrages au second tour des élections, Marine Le Pen a récolté les voix de plus de 10 millions de Français - un score historique pour le Front National © AFP / Kristina Afanasyeva / Sputnik

7. Macron – Le Pen : le débat entre les finalistes

Ce duel de l’entre-deux tour inédit oppose une candidate d’extrême droite (rappelons qu’en 2002 Jacques Chirac avait refusé de débattre avec Jean-Marie Le Pen) à un candidat novice en politique, en passe de devenir président à 39 ans, ministre deux ans mais jamais élus nulle part ! Pour tenter de cadrer un peu les choses lors de ce débat : deux journalistes Nathalie St-Cricq (de France 2) et Christophe Jakubizin (TF1).

... Et on les retrouve tous les deux au micro de Thomas Legrand pour évoquer ce débat aujourd'hui, presqu'un an jour pour jour après.

17'29

Macron – Le Pen : le débat entre les finalistes

Par France Inter
Débat télévisé de l'entre-deux tour sur TF1 avec les deux finalistes de l'élection : Marine Le Pen et Emmanuel Macron
Débat télévisé de l'entre-deux tour sur TF1 avec les deux finalistes de l'élection : Marine Le Pen et Emmanuel Macron © AFP / Eric Feferberg

8. Le Macronisme en marche 

Nous l'avons vu, Emmanuel Macron est arrivé au pouvoir à la hussarde : un peu par effraction, parce que toute une série de circonstances imprévues ont ouvert une voix inimaginable un an avant le scrutin de mai 2017. Mais il a gagné… et son élection traduit bien un fait politique : c’est ce fait politique que nous allons essayer d’analyser dans cet épisode. Ce qui nous intéresse ici, c’est le Macronisme qui s’est fait élire, le macronisme de 2017… parce qu’il faudrait certainement consacrer une autre émission sur le macronisme d’aujourd’hui, confronté aux réalités du pouvoir et à la réalité du corps social.  

Pour comprendre cet objet bizarre et tout neuf qu’est le macronisme au moment où il prend le pouvoir, nous somme avec notre invité aujourd’hui : Catherine Barbaroux, qui assuré l'intérim à la tête de LREM juste après l'élection d'Emmanuel Macron à la présidence et celle de Christophe Castaner à la tête du mouvement. 

17'14

Le Macronisme en marche

Par France Inter
Supporters d'Emmanuel Macron réunis devant la Pyramide du Louvre à Paris le 7 mai 2017, dans l'attente des résultats des scrutins du second tour de l'élection présidentielle...
Supporters d'Emmanuel Macron réunis devant la Pyramide du Louvre à Paris le 7 mai 2017, dans l'attente des résultats des scrutins du second tour de l'élection présidentielle... © AFP

9. Emmanuel Macron : l’incarnation 

Le dernier épisode de cette série est consacré, bien sûr, à la victoire d’Emmanuel Macron. Tous les Français, à l’issue d’une très longue campagne qui avait commencé plus d’un an avant découvrent, ce 7 mai 2007 au soir, Emmanuel Macron (qu’ils ne connaissaient pas 18 moins plus tôt) président ! Parce qu’à la stupéfaction de tous, Emmanuel Macron fait tout de suite "président" ! Il semble, du haut de ses 39 ans, en quelques minutes, réussir à incarner, à habiter la fonction… 

Pour tenter de percer ce mystère de l’incarnation, Thomas Legrand a invité Michèle Cotta qui a publié récemment Quelle Histoire ! Les carnets secrets 2016-2017 ainsi que (et ça va bien nous aider pour la profondeur historique de cette émission) Les carnets secrets de la Vème République (4 tomes).

21'55

Emmanuel Macron : l’incarnation

Par France Inter
Emmanuel Macron, le soir de sa victoire
Emmanuel Macron, le soir de sa victoire © AFP / Mehdi Taamallah / NurPhoto

Aller plus loin

► Thomas Legrand fait chaque matin, du lundi au vendredi, l'Édito politique dans le 7/9 de France Inter

► Thomas Legrand éclaire également chaque matin l'actualité avec quelques archives dans Les Bobinos de Thomas Legrand

L'équipe derrière "A la hussarde"

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.