Le Ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve
Le Ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve © Reuters

Le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, a dénoncé mardi l'"instrumentalisation" politique de la mort d'un jeune homme sur le chantier du barrage de Sivens (Tarn) où, a-t-il affirmé, les forces de l'ordre ont été victimes de violences répétées. Des responsables écologistes ont mis en cause la police et la gendarmerie, qui auraient réprimé les manifestants de façon très violente ces dernières semaines.

Une enquête est en cours pour comprendre les causes de la mort, dans la nuit de samedi à dimanche, de Rémi Fraisse, 21 ans. Selon les premiers éléments de l'enquête, le jeune homme aurait été victime d'une explosion, mais la provenance et la nature de l'engin restent à déterminer.

Des élus d'Europe Ecologie-Les Verts disent avoir alerté les autorités sur la dégradation de la situation sur place depuis plusieurs semaines, sans avoir été entendus. Cécile Duflot, qui s'était rendue à Sivens il y a huit jours, a demandé la création d'une commission d'enquête parlementaire .

Mais d'autres sont allés plus loin, à l'image du député européen José Bové , qui a accusé directement les forces de l'ordre d'être à l'origine de la mort de Rémi Fraisse et a jugé le ministre de l'Intérieur "responsable" de la situation. "Pourquoi mettre des policiers sur ce site alors qu'il n'y a rien à protéger ?", a dit José Bové sur BFM TV. "C'est une provocation , parce qu'on a envie qu'il y a de l'affrontement. On a envie au niveau du ministère que les choses dérapent parce que si elles dérapent, ça discrédite le mouvement."

François Hollande s'est exprimé ce matin sur le sujet. Le Président en a appelé à la responsabilité de chacun, et a affirmé qu'il veillera personnellement à la manifestation de

Toute la vérité sur ce qui s'est passé

"Instrumentalisation"

Le premier visé par les propos des responsables écologistes, est le ministre de l'intérieur. Il les a jugés "absolument scandaleux" . "Les propos de José Bové qui accuse sans savoir, avant même que les enquêtes judiciaires n'aient été à leur terme, alors même qu'il sait qu'il y a eu (des) violences, sont des propos indignes qui relevent de l'instrumentalisation d'un drame", a lancé le ministre de l'Intérieur devant la presse.

Bernard Cazeneuve a défendu l'action des forces de l'ordre à qui, a-t-il assuré, il a été demandé de faire un usage"proportionné de la force de manière à éviter que la violence engendre la violence". Le ministre a mis en cause des "groupuscules" qui agissent selon lui en marge des manifestations pacifiques et ont pris pour cible les forces de l'ordre ou ont commis des exactions comme à Nantes, lundi, où un rassemblement à dégénéré. Selon Bernard Cazeneuve, 56 policiers et gendarmes ont été blessés depuis début septembre, ce qui a entraîné l'ouverture de 39 procédures judiciaires. Une quarantaine d'autres procédures concerneraient des dégradations de biens.

Manuel Valls défend Bernard Cazeneuve

Le Premier ministre s'est lui aussi lancé dans la mêlée, en rendant hommage au "sang-froid" de son ministre de l'Intérieur pendant les questions d'actualité à l'Assemblée nationale.

Je n'accepterai pas les mises en cause, les accusations qui ont été portées en dehors de cet hémicycle à l'égard du ministre de l'Intérieur, qui a toute ma solidarité.

La passe d'armes ne semble pas près de s'achever puisque la patronne d'EELV, Emmanuelle Cosse , a aussitôt réagi en accusant Bernard Cazeneuve de sortir de son rôle.

Quand on est ministre de l'Intérieur et qu'il y a un mort,on ne polémique pas

a-t-elle écrit sur son fil Twitter.

►►► ALLER PLUS LOIN | Sivens : Rémi Fraisse victime d'une explosion

►►► REVOIR | Emmanuelle Cosse invitée de 7h50

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.