Le chef de l'État et le chef du gouvernement enregistrent leur plus haut taux d'impopularité depuis mai 2017, selon les derniers chiffres du baromètre politique mensuel Odoxa. Avec respectivement 57 % et 56 % d'impopularité, Emmanuel Macron et Edouard Philippe paient pour la CSG, la vitesse à 80km/h et le ferroviaire.

Emmanuel Macron et Edouard Philippe enregistrent le taux de popularité le plus faible depuis le début du quinquennat.
Emmanuel Macron et Edouard Philippe enregistrent le taux de popularité le plus faible depuis le début du quinquennat. © AFP / LUDOVIC MARIN

L'embellie de popularité du couple exécutif n'aura pas duré. Odoxa publie ce mardi son baromètre mensuel pour l'Express, la presse régionale et France Inter et enregistre une baisse de popularité pour Emmanuel Macron et Edouard Philippe.

Perçus comme "bon président" et "bon premier ministre" par 43 % des Français, ils perdent respectivement 6 et 7 points en un mois et même 11 et 14 points depuis décembre et atteignent leur taux d'impopularité le plus haut depuis leurs prises de fonction en mai 2017.

CSG, 80 km/h et ferroviaire plombent l'exécutif

Toujours unanimement soutenus dans leur camps (96% et 94% de popularité auprès des sympathisants LaREM), les deux hommes perdent des points tant à gauche (-4 et -7 points) qu’à droite (- 4 et -12 points) qu’auprès des sympathisants FN (-10 et -8 points). 

La réforme sur la CSG influence beaucoup l'opinion des retraités : Emmanuel Macron et Edouard Philippe perdent chacun 9 points auprès de cette catégorie en un mois.

Mais la baisse de popularité concerne en réalité l'ensemble de la population, notamment dans le monde rural avec la décision de la limiter la vitesse à 80 km/h sur les routes secondaires, et la possible suppression des petites lignes de chemin de fer. Là encore, l’exécutif est pénalisé : -8 points pour chacune des deux personnalités en l’espace d’un mois auprès des ruraux.

Wauquiez presqu'aussi détesté que Marine Le Pen

Le nouveau président du parti Les Républicains fait aussi parler de lui pour sa progression spectaculaire dans un classement peu enviable : il devient, avec un score de 50 % (+10 points en un mois), la deuxième personnalité qui suscite le plus de rejet auprès des personnes sondées, juste derrière Marine Le Pen (54 %, -2 points). 

Baromètre Odoxa pour L'Express, la presse régionale et France Inter - Février 2018
Baromètre Odoxa pour L'Express, la presse régionale et France Inter - Février 2018 / Capture d'écrab

La suppression du statut du cheminot souhaitée

Alors que le gouvernement vient d'annoncer le recours aux ordonnances pour réformer le ferroviaire français, 79 % des sondés se prononcent en faveur du maintient des lignes ferroviaires régionales, une dizaine de petites lignes estimées "peu utilisées". En revanche, 7 Français sur 10 souhaitent que le statut de cheminot disparaisse.

Ils sont ainsi 69 % à estimer que ce statut est "un privilège qui n'a plus lieu d'être aujourd'hui", en particulier parmi les sympathisants de la République en Marche (83 %) et de la droite (82 %), mais c'est aussi le cas dans une moindre mesure pour les sympathisants FN (69 %) et de gauche (51 %).

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.