Le baromètre Odoxa sur la popularité de la classe politique enregistre pour la rentrée une défiance générale vis à vis des politiques, l'exécutif en tête.

Les récentes mesures fiscales annoncées par le gouvernement suscitent le rejet de l'opinion envers Emmanuel Macron et Edouard Philippe
Les récentes mesures fiscales annoncées par le gouvernement suscitent le rejet de l'opinion envers Emmanuel Macron et Edouard Philippe © AFP / FRANCOIS GUILLOT

Emmanuel Macron, plus que jamais "président des riches". Selon le baromètre* Odoxa du mois d'octobre pour l'Express, la presse régionale et France Inter publié ce mardi, le président de la République a "échoué dans sa reconquête de l'opinion". 

"Robin des Bois à l'envers", Emmanuel Macron n'apparaît pas assez "proche des gens" (71 % des sondés) et mène une politique fiscale qui ne bénéficie qu'aux plus riches (88 %), les patrons (83 %) et les salariés les plus riches (78 %). 

A l'inverse, les personnes interrogées jugent cette politique néfaste pour les plus pauvres (74 %) et les chômeurs (72 %).

Son Premier ministre, Edouard Philippe, n'est pas en reste. L'ancien député-maire LR du Havre est vu comme un "mauvais" chef du gouvernement pour 54 % des Français, les mêmes sont 56 % à estimer qu'Emmanuel Macron est un mauvais Président.

Grande vague de "dégagisme"

Ce rejet de la classe politique ne se limite pas à la majorité La République en Marche. La classe politique dans son ensemble "atteint un niveau de rejet inédit" et sa popularité continue de dégringoler. Le président d'Odoxa, Gaël Sliman, écrit en synthèse du baromètre que seul Nicolas Hulot, "stable à un haut niveau de 43 % de cote d'adhésion", plane au-dessus du troupeau politique. Et de loin.

A part notre ministre de l'Écologie, aucune personnalité politique ne bénéficie de plus de 26 % de cote d'adhésion de la part des sondés. Pour les personnalités phares de l'opposition, le sondage traduit une immense déception de l'opinion.

Jean-Luc Mélenchon, pourtant dans le haut du panier, recule ainsi de 6 points à 26 % de soutien ou sympathie. Marine Le Pen poursuit sa baisse avec 23 % et enregistre en parallèle le plus fort taux de rejet, avec 55 % des personnes interrogées.

► VOIR : les résultats détaillés du baromètre

*Sondage mené par internet les 18 et 19 octobre 2017 auprès d'un échantillon de 995 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.