Après l’annonce, pourtant soutenue par les Français, sur Notre-Dame-des-Landes, le président perd 5 points, le Premier ministre 7 points. C'est Alain Juppé qui profite des déconvenues des sympathisants de droite, selon le dernier Baromètre Odoxa.

Barrage routier dans la ZAD de Notre-Dame-des-Landes après la décision d'abandon de l'aéroport
Barrage routier dans la ZAD de Notre-Dame-des-Landes après la décision d'abandon de l'aéroport © AFP / LOIC VENANCE

Désormais "seulement" un Français sur deux (50% et 49%) apprécie l'action d'Emmanuel Macron et Edouard Philippe, selon le dernier baromètre Odoxa-France Inter. 

Popularité : chute de l'exécutif en janvier (baromètre Odoxa)
Popularité : chute de l'exécutif en janvier (baromètre Odoxa) © Visactu / Visactu

Notre-Dame-des-Landes entame la crédibilité de Macron

Les Français ont beau avoir approuvé cet abandon, la popularité et surtout la crédibilité de l’exécutif ont bien été affectées parce que, pour la première fois, cet exécutif ne fait pas ce qu’il avait promis.

Le président et le Premier ministre n’ont donc pas tardé à faire les frais de l'abandon du projet de second aéroport dans la région de Nantes. Leurs côtes de popularité rechutent lourdement en janvier : le président perd 5 points, redevenant symboliquement un peu plus impopulaire que populaire (50 % contre 49 %) et le Premier ministre, en première ligne sur l’annonce, en perd 7, tombant à 50 % de jugements positifs.

La baisse se voit partout, chez les sympathisants de gauche comme chez ceux de droite et même de LREM. Mais le plus frappant est le recul observé auprès des sympathisants des ex-grands partis de gouvernement.

Juppé numéro 2 devant Hulot en forte chute

Sur la côte d’adhésion des principales personnalités politiques, Nicolas Hulot et Laurent Wauquiez s’effondrent… Mais Alain Juppé revient. 

Nicolas Hulot s’effondre enregistrant une baisse de 11 points en un mois. Déjà sur le "reculoir" à la fin de l’année dernière, le ministre a connu une baisse de 26 points en un peu plus de six mois. Alors qu’il était crédité de 60 % de côte d’adhésion à son entrée au gouvernement, il n’y a plus désormais que 34 % de Français qui le soutiennent ou, au moins, ont de la sympathie pour lui.

Les Français donnent raison (80 %) à Alain Juppé de s’être mis en retrait de LR et ils sont deux fois plus nombreux à souhaiter qu’il se rapproche d’Emmanuel Macron pour les européennes plutôt qu’il ne soutienne Laurent Wauquiez. 

Alain Juppé est une personnalité toujours très respectée et appréciée. Numéro 2 de la cote d’adhésion Odoxa auprès des Français comme des sympathisants de droite, il représente un regret pour le peuple de droite.

Les Français qui estiment que LR serait aujourd’hui dans une "meilleure situation" sont 5 fois plus nombreux (47 % contre 10 %) que ceux qui pensent que le parti serait à présent dans une "moins bonne situation".

Ni les Français ni même les sympathisants de droite ne reprochent à Alain Juppé sa prise de distance avec Laurent Wauquiez. Le maire de Bordeaux a en effet indiqué qu’il se "mettait en recul" des Républicains (il n’est plus adhérent) et a annoncé qu’il démissionnait de la présidence de la fédération LR de la Gironde. 

D’ailleurs les Français lui donnent raison (80 %) de s’être mis en retrait de LR et ils sont deux fois plus nombreux à souhaiter qu’ils se rapproche d’Emmanuel Macron pour les européennes plutôt qu’il ne soutienne Laurent Wauquiez. 

Laurent Wauquiez plonge dans les limbes du classement des personnalités politiques.  15  % seulement des Français ont de la sympathie à son égard. 

Hollande et le retour médiatique raté

François Hollande parvient à rater son come back médiatique de ces derniers mois. 11e personnalité ex aequo du palmarès avec seulement 21 % de cote d’adhésion, l’ex-président recule encore en termes de soutiens (au point d’être à 22 points derrière Jean-Luc Mélenchon auprès des sympathisants de gauche)… Mais il est au-dessus en termes de rejet (44 %) : égalant désormais Sarkozy, il obtient une troisième place ex aequo avec lui sur le podium des personnalités politiques suscitant le plus fort niveau de rejet. Il y côtoie Jean-Luc Mélenchon (2ème avec 45 %) et Marine Le Pen (1ère avec 56 %).

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.