Le vice-président du Rassemblement National devait applaudir Donald Trump lors de son dernier meeting, mais testé positif dimanche au Covid-19, il vivra finalement l’élection américaine depuis chez lui.

 Le vice-président du Rassemblement national, n'ira pas soutenir Trump pour cause de Covid
Le vice-président du Rassemblement national, n'ira pas soutenir Trump pour cause de Covid © Maxppp / Alexis Sciard

C’est sans Jordan Bardella que la délégation française du RN est partie aux États-Unis soutenir Donald Trump. Le vice-président du Rassemblement national, malade, a du renoncer au voyage. Sur place, deux eurodéputés, Jérôme Rivière et Catherine Griset, ainsi que le sénateur des Bouches-du-Rhône Stéphane Ravier assisteront au meeting de Scranton en Pennsylvanie, puis à la soirée électorale avec l’équipe de Trump à Washington DC.

Les responsables du RN sont invités par des représentants américains pro-Trump et l'organisateur du déplacement est l'un des membres du comité de soutien de Donald Trump : Harlan Hill. Également chroniqueur, il s'est fait récemment remercier par la chaîne conservatrice Fox News pour avoir insulté sur Twitter la candidate démocrate à la vice-présidence Kamala Harris, la traitant  "d'insupportable connasse menteuse"

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Marine Le Pen, elle, n’est pas du voyage. En 2017, après l’élection américaine, elle s’était rendue à New-York pour essayer de rencontrer Donald Trump, en vain.

Pour le RN, Trump est "une bonne nouvelle pour l'Amérique"

La présidente du RN n'en tient pas rigueur à Donald Trump et considère que "pour la France il vaut mieux que Donald Trump soit élu". Pour Marine Le Pen, il "porte une vision d'un monde multipolaire, une volonté de sortir de ce libre-échange généralisé", avec des "accord bilatéraux entre les pays, ce qui est plus positif pour la France que ce qu'on a pu vivre par le passé".

Quant à Jordan Bardella, il a affirmé fin septembre que la réélection de Donald Trump serait "une bonne nouvelle pour l'Amérique". Car il "a su avant le Covid baisser la fiscalité" et il "a la fierté de défendre les États-Unis, ce que n'ont malheureusement plus nos responsables politiques".

Selon un sondage BVA, plus de 4 Français sur 5 ont une mauvaise opinion de Donald Trump, sauf à l'extrême droite, mais avec seulement 25% d'opinions positives de sympathisants au sein du Rassemblement National.