[scald=47879:sdl_editor_representation]PARIS (Reuters) - La défaite de la droite aux sénatoriales est certes un échec, mais mieux vaut pour Nicolas Sarkozy s'aliéner une partie des élus locaux que sacrifier la note souveraine de la France, a estimé mardi Christian Estrosi.

"Qu'est-ce qui vaut mieux dimanche, perdre les sénatoriales et garder la note AAA, ou gagner les sénatoriales et nous retrouver avec une note BBB ou CCC à l'identique de la Grèce, l'Italie, l'Espagne?", s'est interrogé le député-maire UMP de Nice sur RTL.

"L'enjeu était là : mettre le paquet sur des réformes nationales qui nous permettent de garder notre compétitivité et rester un leader mondial ou perdre les élections locales", a-t-il ajouté.

"Il ne faut pas minimiser cet échec, mais il ne faut pas non plus lui faire dire ce qu'il ne dit pas", a estimé l'ancien ministre "sarkozyste".

"Nicolas Sarkozy le premier, en 2007, avait dit: je ne tiendrai pas compte des élections locales contrairement à mes prédécesseurs, parce que si je dois écouter tous ceux qui me disent 'surtout il ne faut rien faire avant une échéance locale', alors je ne réformerai pas la France", a expliqué Christian Estrosi.

Sophie Louet

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.