Invité de France Inter ce lundi, le lanceur d'alerte a mis en garde contre l'utilisation de la messagerie cryptée rachetée en 2014 par Facebook. Pour Edward Snowden, WhatsApp est loin de garantir un niveau de protection suffisant des conversations, et ne devrait pas être utilisé par des membres du gouvernement.

"N'utilisez pas WhatsApp et Telegram à moins que vous n'ayez pas le choix", déclare Edward Snowden.
"N'utilisez pas WhatsApp et Telegram à moins que vous n'ayez pas le choix", déclare Edward Snowden. © capture d'écran

"Si quelqu'un au gouvernement s'occupe de questions sensibles et utilise WhatsApp, c'est une erreur", a déclaré lundi le lanceur d'alerte américain Edward Snowden, invité exceptionnel de France Inter.

Le recours à des messageries cryptées est une habitude bien installée au sommet de l'État. Pour échanger avec ses collaborateurs, Emmanuel Macron se sert de Telegram. Selon nos informations, le Premier ministre Édouard Philippe, lui, préfère Whatsapp, application très utilisée dans les réseaux juppéistes.

Une pratique bien imprudente, à en croire Edward Snowden, interrogé sur le sujet. S'il reconnaît que "n'importe lequel de ces deux programmes vaut toujours mieux que des SMS ou des messages non cryptés", le lanceur d'alerte estime que WhatsApp et Telegram "sont extrêmement risqués, si vous êtes Premier ministre".

"Facebook est propriétaire de WhatsApp, et lui enlève, couche après couche, ses différents niveaux de protection, depuis qu'ils ont racheté l'entreprise. Ils disent 'non, non, nous n'écoutons pas les conversations, vu qu'elles sont codées, pour l'instant en tous cas'.... Alors qu'ils essaient bien d'écouter ces conversations en invoquant des raisons de sécurité nationale."

Plutôt que WhatsApp et Telegram, l'informaticien recommande l'utilisation des messageries Signal et Wire, qui selon lui "utilisent le meilleur codage possible" et n'appartiennent pas à Facebook.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.