La rentrée politique de Marine Le Pen
La rentrée politique de Marine Le Pen © PHOTOPQR/L''EST REPUBLICAIN / PHOTOPQR/L''EST REPUBLICAIN

Le chef de file du FN faisait sa rentrée politique samedi à Brachay, en Haute-Marne, une ville où elle avait obtenu son score le plus élevé à la présidentielle de 2012. Marine Le Pen a affirmé que le FN était prêt à diriger le pays en cas de dissolution.

"Un ton ferme et grave", le résumé de la journée de Marine le Pen par Aurélien Thirard

Le pouvoir est nu, le roi François Hollande est nu, mais le prince aussi, Manuel Valls, est nu, contraint de faire un nouveau gouvernement alors que le précédent n'a même pas passé l'été. Et le nouveau ne survivra pas à l'automne ou à l'hiver, je vous le dis, ça ne tiendra pas.

La nouvelle équipe de Manuel Valls n'aura pas de majorité pour survivre aux échéances législatives de l'automne, veut croire Marine Le Pen, qui se dit prête à gouverner si le Front national devait être porté au pouvoir par un scrutin anticipé. Si l'hypothèse semble exclue par François Hollande et si la plupart des figures de l'UMP n'y paraissent pas favorables, confrontées qu'elles sont à la reconstruction de leur parti, Marine Le Pen estime une dissolution inévitable à court terme.

Les socialistes en ligne de mire

En cette rentrée 2014, alors qu'aucun des problèmes que j'évoque n'est en passe d'être réglé, vient s'ajouter une terrible crise politique, une crise de régime même. Le gouvernement n'est plus seulement critiqué par l'oppostion [...] Il l'est de l'intérieur, de l'intérieur même de sa majorité et il l'est désormais en son sein-même. Le pouvoir est nu, le roi François Hollande est nu, mais le prince aussi, Manuel Valls, est nu, contraint de faire un nouveau gouvernement alors que le précédent n'a même pas passé l'été. Et le nouveau ne survivra pas à l'automne ou à l'hiver, je vous le dis, ça ne tiendra pas. Comme Valls I, il tombera car il s'écrasera sur le mur de la réalité.

Marine Le Pen a fustigé l'arrivée au ministère de l'Economie d'Emmanuel Macron, signe selon elle d'un "ancrage dans dans l'ultralibéralisme le plus brutal, le plus stupide, le plus injuste."

Marine Le Pen s'y voit déjà

Réitérant les appels à la dissolution lancés par différents responsables du FN ces derniers jours, Marine Le Pen s'est dit convaincue de pouvoir remporter un scrutin anticipé après la victoire de son parti aux élections européennes de mai dernier. Elle a accusé les ténors de l'UMP, dont beaucoup disent ne pas souhaiter une dissolution, de ménager leur ambition en vue de 2017 et s'est offert une posture de femme d'Etat en se disant prête à prendre le pouvoir.

Si le peuple nous donne à l'Assemblée nationale une majorité pour gouverner, et bien nous gouvernerons. Nous ferons tout notre possible avec les moyens dont nous disposerons. Nous ne fuirons pas comme ces lâches nos responsabilités. En pleine tempête, un capitaine ne peut refuser de prendre le commandement. C'est bien dans ces heures-là que l'on comprend de chacun s'il est ou non un homme d'Etat qui a ou non le sens de l'intérêt supérieur de notre pays. Je suis d'une trempe suffisamment solide pour ne pas reculer devant les épreuves et comptez sur moi pour prendre sans hésitation la mesure du destin que le peuple me confiera. Jamais je ne me déroberai.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.