[scald=84657:sdl_editor_representation]PARIS (Reuters) - Marine Le Pen a répondu jeudi aux attaques de Jean-Luc Mélenchon en accusant le candidat du Front de gauche à la présidentielle de perdre ses nerfs et en reprochant à ses partisans de perturber les meetings de la présidente du Front national par la violence.

En marge d'un meeting mercredi à Metz, Jean-Luc Mélenchon a qualifié Marine Le Pen de "semi-démente".

"M. Mélenchon perd ses nerfs", a riposté jeudi la candidate du FN sur i> télé.

"C'est un grand comédien, M. Mélenchon, il éructe, il menace, il insulte devant les caméras mais hors des caméras, c'est un homme charmant, affable, presque un petit garçon", a-t-elle ajouté.

"M. Mélenchon a derrière lui des troupes ultra-violentes qui déjà depuis le début de la campagne m'empêchent systématiquement par la violence de pouvoir tenir correctement mes meetings", a poursuivi Marine Le Pen.

"Attention parce qu'il est en train de jouer avec de la dynamite. Ce n'est pas en m'insultant qu'il va attirer les votes des ouvriers."

Patrick Vignal

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.