Le candidat du Nouveau Parti Anticapitaliste a encore besoin d'une centaine de soutiens d'élus, faute de quoi il ne pourra pas se présenter à la présidentielle.

Philippe Poutou risque de ne pas pouvoir se présenter une seconde fois
Philippe Poutou risque de ne pas pouvoir se présenter une seconde fois © Maxppp / Thomas Padilla

La course contre la montre est lancée au NPA : plus que trois jours pour tenter de convaincre des maires d'accorder leur parrainage à Philippe Poutou, voire un peu moins puisque le Conseil Constitutionnel doit les avoir tous reçus par courrier avant vendredi 18h et le cachet de la poste ne fait pas foi. Il manquerait encore une centaine de parrains au candidat du Nouveau Parti Anticapitaliste.

Dans les bureaux de l'imprimerie du NPA, même l'ex porte-parole Olivier Besancenot a le mobile scotché à l'oreille, pour labourer son carnet d'adresses. Quant à Philippe Poutou, il dénonce une volonté de bloquer les candidatures en-dehors des grands partis.

Ce qui pèse sur nous c'est le vote utile. On a le PS et le PC, les élus nous le disent, qui donnent des consignes strictes pour parrainer Hamon ou Mélenchon... En sachant qu'ils les ont déjà !

Alain Krivine, le patriarche, s'inquiète lui aussi du contexte de "crise et de marasme actuel", qui favorise "l'abstention et le vote Le Pen".

Le nombre de gens qui nous ont dit : "je vote Macron, j'ai rien à foutre avec Macron mais au moins il s'opposera à Marine Le Pen"... Et du coup, ils ajoutent que "Poutou, il est vachement sympa, mais bon, c'est pas lui qui va s'opposer à Le Pen".

En 2012, Philippe Poutou avait fini par obtenir 572 parrainages et avait pu se présenter et obtenir 1,2 % des voix au premier tour. À titre de comparaison, Nathalie Arthaud de Lutte Ouvrière avait récolté deux fois moins de voix cette même année... Mais elle a obtenu près de 600 parrainages cette semaine.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.