Dans plusieurs circonscriptions, la gauche et ses figures ont été balayées dès le premier tour de ces législatives, premières victimes du raz-de-marée La République en Marche!.

Benoit Hamon, candidat dans sa circonscription de Trappes (Yvelines) a été éliminé dès le premier tour des législatives
Benoit Hamon, candidat dans sa circonscription de Trappes (Yvelines) a été éliminé dès le premier tour des législatives © AFP / JOEL SAGET

Parmi les partis historiques, ébranlés par ces élections législatives (où l'abstention a battu des records), la gauche française est la grande perdante : en projection, ce premier tour de scrutin ne lui offrira pas plus de 20 à 30 sièges à l’Assemblée Nationale. Alors que les scores de l’alliance La République en Marche!/Modem traduisent un véritable raz-de-marée réalisé par le parti d’Emmanuel Macron (de 415 à 455 sièges), les ténors socialistes, dont plusieurs anciens ministres de François Hollande, pansent leur plaie, balayés dès le premier tour.

►LIRE AUSSI | Législatives - Premier tour : Emmanuel Macron en passe de réussir son pari

Jean-Christophe Cambadélis : Le premier secrétaire du Parti socialiste est éliminé dès le premier tour, dans la circonscription parisienne où il se présentait face à l’une des proches d’Emmanuel Macron, le secrétaire d’état chargé du numérique Mounir Mahjoubi. Ce dernier va donc se retrouver, pour le second tour, face au candidat de la France Insoumise, pour cette circonscription parisienne qui englobe une partie du XIXe arrondissement.

Benoit Hamon : Le gagnant de la primaire socialiste du mois de janvier essuie un deuxième échec cuisant en quelques semaines. Dégagé de la course à la présidentielle dès le premier tour avec 6,3%, c’est dans son propre fief de Trappes, dans les Yvelines, que l’histoire se répète.

Patrick Menucci : figure historique du PS marseillais, Patrick Menucci a lui-même annoncé son élimination dans la 4e circonscription des Bouches-du–Rhône, face au leader de la France Insoumise, Jean-Luc Mélenchon qui se retrouve en ballottage favorable face à la candidate LREM Corinne Versini. La stratégie de Jean-Luc Mélenchon, qui a choisi cette circonscription dans laquelle il était arrivé en tête des votes lors de la présidentielle, semble avoir porté ses fruits.

Matthias Fekl : L'ex-ministre de l'Intérieur de François Hollande a été éliminé, lui, dans la deuxième circonscription de Lot-et-Garonne. Le candidat socialiste est arrivé troisième, derrière celui de la République en marche et la représentante du Front national Hélène Laporte.

Elisabeth Guigou : L'ex-présidente de la commission des Affaires étrangères à l'Assemblée nationale a été éliminée dès le 1er tour de ces législatives dans sa circonscription de Seine-Saint-Denis.

Jean Glavany : l’ex-ministre socialiste de l’Agriculture du gouvernement Jospin se présentait dans la 1ere circonscription des Hautes-Pyrénnées (Tarbes-Lannemezan), et s’est retrouvé, avec 14,61% des suffrages exprimés, sorti de la course dès ce premier tour par le candidat de LREM (Jean-Bernard Sempastous, 43,5%).

Aurélie Filippetti : Candidate dans la première circonscription de la Moselle, l'ancienne ministre de la Culture de François Hollande obtient 11,8% des suffrages. C'est donc un duel entre LREM et le FN qui aura lieu dimanche prochain. Aurélie Filippetti, qui en annonçant sa défaite, a résumé la situation :

C'est la gauche qui disparaît de l'Assemblée nationale

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.