Turbulences au sein du pure-player de gauche alternative lancé le mois dernier. La présentatrice du JT, évincée, évoque des méthodes de management dignes de Vincent Bolloré. Dans la foulée, Noël Mamère a annoncé mettre un terme à sa collaboration, pour des raisons éditoriales.

Aude Rossigneux (au centre) assurait la présentation du journal télévisé du Media depuis son lancement, le 15 janvier
Aude Rossigneux (au centre) assurait la présentation du journal télévisé du Media depuis son lancement, le 15 janvier © Capture d'écran

Un traitement "d'une violence et d'une brutalité" qui la laisse "dans un état de sidération". Aude Rossigneux, ex-présentatrice du JT du Media, a visiblement mal digéré son éviction de la chaîne, un mois après son lancement. La journaliste a également fustigé l'ambiance au sein de la rédaction, évoquant des équipes "au bord du burn-out" et des méthodes dignes de Vincent Bolloré. Un combe pour ce média fondé par des proches de la France Insoumise.

Accusations démenties par la chaîne...

Les fondateurs du Media n'ont pas tardé à réagir. Une lettre interne destinée aux "socios" (les internautes qui financent la chaîne) parle de "lacunes" et de "limites" de la journaliste, qui serait également "à l'origine des tensions" et qui aurait refusé d'autres postes qu'on lui aurait proposés.

Les journalistes du Media ont également pris la plume pour se désolidariser des accusations d'Aude Rossigneux.

...Noel Mamère quitte l'aventure pour un différend sur la Syrie

Ce départ mouvementé en a entraîné un autre. Lui-même ex-présentateur télé, Noël Mamère, qui intervenait bénévolement sur Le Média, a annoncé lundi 26 février qu'il cessait sa collaboration avec la chaîne, mécontent de l'ambiance mais aussi de la ligne éditoriale.

Je ne suis pas venu pour me retrouver dans cette atmosphère, qui me contrarie beaucoup. La deuxième raison est journalistique : je n'accepte pas qu'on établisse un parallèle entre les responsabilités de Bachar al-Assad et celles de ses opposants (interview à France Culture)

Noël Mamère fait référence aux propos du correspondant au Liban du Media, Claude El Khal, qui évoque les meurtres commis par la rébellion. Une position défendue par l'une des fondatrices du Sonia Chikirou, qui assume également ne pas diffuser d'images en provenance de la Ghouta orientale assiégée. "On ignore la provenance et la véracité de ces images. Demandez-vous qui a filmé, sous la protection de qui, pour faire passer quel message, pour servir les intérêts de qui", explique cette proche de Jean-Luc Mélenchon.

Pour le co-fondateur du Média, Gerard Miller, tout cela n'est pas très fair play : "Je crois que Noël est ennuyé parce qu'il est ami avec Aude" explique-t-il à Alexandra Ackoun. "Je respecte son point de vue sauf sur la question de la Syrie, où je trouve que c’est juste chercher une excuse supplémentaire. Aucun doute que nous pensons que Bachar al-Assad est un boucher, ce qu'à dit notre correspondant ce n'était pas pour minimiser quoi que ce soit. Il ne faut pas exagérer l'importance de tout ça."

Les "socios" défendent leur Média

Sur les réseaux sociaux, les abonnés au Media sont divisés mais soutiennent majoritairement la rédaction. 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.