À deux mois et demi du premier tour de l’élection présidentielle, quel regard portent les Françaises et les Français sur ce début de campagne ? Selon les résultats de notre sondage France Inter et Ipsos Sopra-Steria, la crise sociale, les inégalités et le pouvoir d’achat sont en tête de leurs préoccupations.

Une personne regarde sa note, à la sortie d'un supermarché de l'enseigne Intermarché, à Rennes. Le pouvoir d'achat préoccupe de nombreux Français.
Une personne regarde sa note, à la sortie d'un supermarché de l'enseigne Intermarché, à Rennes. Le pouvoir d'achat préoccupe de nombreux Français. © Maxppp / Mathieu Pattier

C’est une photographie qui permet de donner un aperçu sur les attentes de ce début de campagne présidentielle. A désormais 77 jours du premier tour de l'élection présidentielle, notre sondage Ipsos Sopra-Steria pour France Inter montre à quel point la crise sociale (les questions de pouvoir d'achat ou d'inégalités) est plus que jamais le sujet crucial pour les Françaises et les Français et met en lumière le décalage entre ces préoccupations et les thématiques abordées dans la campagne. 

Réalisée entre le 18 et le 19 janvier, cette enquête, effectuée sur un panel de 1.067 personnes représentatif de la population française, évalue la crédibilité des candidats (déclarés ou non) en fonction des sujets abordés. Certains se démarquent, comme le chef de l'État Emmanuel Macron sur les réponses apportées à l’épidémie de Covid-19, Marine Le Pen et Eric Zemmour sur les questions de délinquances et d’immigration ou encore Jean-Luc Mélenchon sur le sujet des inégalités sociales.

La crise sociale, principal enjeu de la campagne

La crise sociale semble donc être le principal enjeu de cette campagne, pour 42% des personnes interrogés (la stagnation du pouvoir d’achat, la hausse des inégalités, le manque de mobilité sociale). Vient ensuite, dans un second temps la crise environnementale (33%) avec, par exemple le changement climatique et la pollution de l’air. Enfin, en troisième position, la crise identitaire, à 25%, qui englobe plusieurs sujets comme les difficultés liées à l’intégration des personnes étrangères, la hausse de l’immigration ou bien la perte des valeurs traditionnelles.

Toutefois, l'angoisse identitaire domine chez les plus de 60 ans, quand les employés et ouvriers interrogés dans le sondage sont plus touchés par la crise sociale. Pour les cadres, le climat passe avant tout.

S'agissant des principales préoccupations, sans grande surprise, étant donné le contexte économique actuel et la flambée des prix de l’énergie comme celui de l’essence, c’est donc le pouvoir d’achat qui arrive en tête des principales préoccupations, pour 51% des Françaises et Français interrogés. "Cette domination du pouvoir d'achat est claire parce qu'elle concerne toutes les catégories sociales, quel que soit votre âge, quel que soit votre niveau social", détaille Mathieu Gallard, directeur d'études pour Ipsos. Le système de santé (32%) et l’environnement (30%) arrivent en deuxième et troisième place. Devant l’immigration et l’épidémie de Covid-19.

Macron crédible sur la gestion du Covid, Jadot sur l’environnement, Le Pen sur l’immigration

Quelle est la crédibilité des candidats ? Le président sortant, pas encore candidat déclaré, a une longueur d’avance sur ses prétendants : Emmanuel Macron arrive en tête dans la plupart de ces thématiques : l’épidémie de Covid-19, le système de santé, les déficits publics et la dette, le pouvoir d’achat.

L’écologiste Yannick Jadot sort du lot sur la question de l’environnement, quand l’extrême-droite, Eric Zemmour et Marine Le Pen, se démarquent quand il s’agit de délinquance, terrorisme et immigration. Jean-Luc Mélenchon est jugé crédible lorsqu'il aborde la question des retraites, le chômage et les inégalités sociales. En revanche, il est important de noter que sur chaque thème, entre 26% et 42% des sondés ne citent aucun candidat.

Décalage entre les thèmes de la campagne et les préoccupations

Si le pouvoir d’achat s'élève comme la priorité des Françaises et des Français sondés, beaucoup regrettent le peu de relaie dans les médias et par les candidats. Une petite majorité (51%) considère que les candidats abordent les vrais sujets qui les préoccupent.

D’après ce sondage, trois thèmes ressortent et sont mis en avant dans cette campagne, l’épidémie de Covid-19, l’immigration et la délinquance. Pourtant, aucun de ses trois sujets ne sont présents sur le podium des "principales préoccupations de la population française" évoquées précédemment.