France Inter a décidé d'utiliser les sondages avec parcimonie. Avec Ipsos, nous vous en proposerons deux au sujet des intentions de vote. Voici le premier.

Les Français sont encore dans le doute quant à leurs intentions de vote à trois semaines du scrutin.
Les Français sont encore dans le doute quant à leurs intentions de vote à trois semaines du scrutin. © Maxppp / Bruno Levesque

Si le premier tour de l’élection avait lieu dimanche prochain, selon un sondage IPSOS Sopra Steria pour Radio France et France Télévisions*, les Français placeraient en tête Marine Le Pen (25% des intentions de vote sur la base des certains d’aller voter, exprimés) et Emmanuel Macron (24%), devant François Fillon (18%), Jean-Luc Mélenchon (14%), Benoît Hamon (12%) et Nicolas Dupont-Aignan (3,5%), chacun des autres candidats recueillant 1% ou moins des suffrages. L’une des indications de ce sondage est la grande incertitude des électeurs, du jamais vu en France à un mois du scrutin.

Se dirige-t-on vers une abstention record ? A quatre semaines de l’élection présidentielle pour l'instant, 65% des Français ont l’intention d’aller voter au premier tour de cette élection alors que traditionnellement elle mobilise davantage les Français. Jamais la participation au premier tour de la présidentielle n'est passée sous la barre des 70%.

4 français sur 10 peuvent encore changer d'avis

Hésitation à se rendre aux urnes mais hésitation aussi quant au candidat pour qui voter. Quatre français sur dix, certains d’aller voter, déclarent que leur choix pour le premier tour peut encore changer.

Parmi les principaux candidats, on observe une grande volatilité chez les électeurs de Benoît Hamon et d’Emmanuel Macron. La moitié d'entre eux n'est pas encore sûr de son choix. C'est un peu mieux pour Jean-Luc Mélenchon puisque ses électeurs se disent sûr de voter pour lui à 60%. En revanche, avec seulement un électeur sur cinq encore indécis, François Fillon et Marine Le Pen bénéficient du socle d'électeurs le plus solide.

Les électeurs les moins certains de leurs choix sont les 18/24 ans. Ce sondage vient confirmer une impression générale de déception, de désillusion et d'incertitude des électeurs vis-à-vis de la classe politique française.

* Fiche technique : 1 005 personnes inscrites sur les listes électorales, constituant un échantillon national représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. Échantillon interrogé par Internet. Méthode des quotas : sexe, âge, profession de l’individu, région, catégorie d’agglomération. Du 25 au 27 mars 2017.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.