Ouverture de l'Université du PS à Blois et des hostilités entre tenants d'une alliance élargie à gauche et défenseurs de l'héritage socialiste. Le Premier secrétaire du PS, Olivier Faure, est accusé notamment par les amis de François Hollande de vouloir brader le parti aux écologistes d'EELV.

Un local du PS dans le 14e arrondissement de Paris
Un local du PS dans le 14e arrondissement de Paris © AFP / Riccardo Milani / Hans Lucas

"Ils pensaient nous avoir enterrés vivants mais nous étions des graines" le patron des sénateurs PS Patrick Kanner envoie ce proverbe mexicain  avec ce qu’il faut de menaçant dans le ton pour signifier non seulement aux écologistes aux insoumis mais aussi au Premier secrétaire du PS qu’il n’est pas question de brader le parti de Jean Jaurès, de François Mitterrand et de François Hollande. 

Le vote Jadot a été une réponse efficace dans la séquence européenne mais l'homme Yannick Jadot n'imprime pas. Les écologistes ne parlent pas aux classes moyennes qui se sentent exclues. Voire les reclues, les "Gilets Jaunes" pour faire vite.

Gérer la fin du monde et le déclassement social. Le parti socialiste en mobilisant sans se dissoudre dans un parti écologiste à la base militante plus radicale que son électorat, pourrait selon ces hollandais, jouer un rôle central. "Il faut refaire tourner la galaxie socialiste, sinon nous deviendrons un astre mort" assène le sénateur socialiste. "Les Verts veulent nous faire ce que nous avons fait sous Mitterrand au Parti Communiste Français. Nous tuer."

"Erreur tragique"

Le "peu importe" d’Olivier Faure quant à qui incarnera la candidature en 2022 reste coincé dans la gorge de  Stéphane Le Foll : "Ça me tue" bougonne l’ancien ministre hollandais : "La seule question, c’est les alliances avec des écolos qui n'ont pas de base populaire alors que l’urgence c’est de parler aux classes insécurisées."

Il s'emporte contre "cet oxymore : la prospérité sans la croissance" défendu par les écologistes. "La sobriété ça ne parle pas à ceux qui n'ont pas les moyens de manger, de payer leur électricité.." Et d'enfoncer : "Ras le bol de cette ligne comportementaliste, on se construit pas en passant son temps à expier ses fautes." L'ancien candidat malheureux à la tête du PS en 2018 prône un éco-keynésianisme qui mettrait la question sociale au centre.

Un ami de François Hollande avertit : "Ce serait une erreur tragique d’effacer le PS au motif qu’il est mal aimé. On aura besoin lui pour éviter que l’élection présidentielle ne se transforme pas en un match Macron - Le Pen qui se jouerait à la roulette russe. Parce qu’à la fin il ne faut jamais oublier dans le barillet, il y a bien une balle."

Le Premier Secrétaire du PS, Olivier Faure entend siffler les balles, mais il se dit serein. "Tout cela émane d'une Hollandie qui est dans un déni total", dit-il. Qui est convaincue que François Hollande candidat en 2017 aurait fat plier Emmanuel Macron.

"Personne ne dira qu'il est candidat ou candidate"

L'époque a changé, l'urgence écologique impose de repenser les priorités d'un parti qui continue de vivre sur l'héritage idéologique et intellectuel de François Mitterrand : "Nous ne pouvons plus être ce parti dominateur et hégémonique" confie Olivier Faure.

Pas question pour autant de se vendre corps et biens aux écologistes. 2022 est loin mais les bons candidats issus des rangs socialistes ne manquent pas. Candidates surtout, au premier rang desquelles Anne Hidalgo, la maire de Paris. Officiellement pas candidate. 

Mais "par expérience", analyse Le Premier Secrétaire du PS : "Vous pouvez sonder le cœur, les reins, personne ne vous dira si loin de l'échéance présidentielle chez les socialistes, qu'il est candidat ou candidate." Sifflent les balles, passe l'automne, vienne l'hiver... 2022 viendra bien assez tôt pour des militants qui ne redoutent rien de pire qu'un scénario mortifère à gauche.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.