On attendait un taux d'abstention exceptionnel chez les Français sans emploi ou en sous-emploi : il est élevé, mais moins que les votes exprimés en faveur de Mélenchon et Le Pen.

Le chômage ou le sous-emploi concernent aujourd'hui 1 Français sur 10.
Le chômage ou le sous-emploi concernent aujourd'hui 1 Français sur 10. © AFP / Philippe Huguen

47 millions d’inscrits sur les listes électorales et quelque 3,5 millions de chômeurs sans aucune activité, voire 5 à 6 millions de personnes affectées par le manque d’activité : les Français sans emploi ou en sous-emploi, qui peuvent donc représenter aujourd’hui jusqu’à 1 électeur sur 10, ont un poids non négligeable dans chacun des scrutins. L’emploi et la lutte contre le chômage ont d’ailleurs été érigés en dossiers prioritaires de cette présidentielle.

Un vote de rejet…

Alors comment se sont comportés les chômeurs lors du premier tour, dimanche 23 avril ? Lorsqu’ils ont exprimé un vote, ils ont choisi les options les plus radicales : le vote des chômeurs s’est porté en priorité sur Jean-Luc Mélenchon (31%) et Marine Le Pen (26%). Loin derrière, Emmanuel Macron n’a séduit que 1 électeur sur 6, tandis que François Fillon a plafonné à 8%.

On constate un podium similaire lorsqu’on étudie le comportement électoral en fonction des revenus. En tête des choix des électeurs les moins aisés (moins de 1 250 euros de revenu mensuel), Marine Le Pen (32%) et Jean-Luc Mélenchon (25%), suivis – de moins loin cette fois – d’Emmanuel Macron (14%) et de François Fillon (12%).

► ÉCOUTER | Le reportage de Virginie Pironon à Paris

… lorsqu'il est exprimé

Reste que plus de 1 chômeur sur 4 a choisi de s’abstenir dimanche. On est loin des estimations alarmistes d’avant le premier tour, qui laissaient entendre, notamment, que près de la moitié des chômeurs avaient renoncé à se rendre aux urnes. Mais le taux d’abstention relevé chez les sans emploi, comparé aux personnes en activité ou aux retraités, a été le plus élevé dimanche : 27% contre une moyenne nationale de 22,7%.

Enquête Ipsos- Spora-Stéria pour Radio France, 19-22 avril 2017.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.