Le premier tour a été entaché par des problèmes d'annonces des résultats de participation. Le PS a tout prévu pour éviter que ça ne recommence pas au second tour

La collecte des résultats du second tour devrait mieux se passer ce dimanche
La collecte des résultats du second tour devrait mieux se passer ce dimanche © Maxppp / Thomas Padilla

Au final, 1.655.919 personne ont donc voté dimanche dernier, selon la Haute Autorité en charge du contrôle du scrutin, mais il aura failli attendre mercredi, pour connaître les résultats définitifs de la participation pour le premier tour de la primaire élargie du PS, car dimanche soir c'était confusion sur les chiffres de participation, incertitudes sur le nombre de bureaux de vote au point de provoquer un soupçon de manipulation du résultat.

Après les soupçons de chiffres de la participation gonflés, Christophe Borgel, le président du comité d'organisation de la primaire, a été toute la semaine sous le feu des critiques. Le député PS continue de plaider l'erreur humaine et assure que le décompte des voix est réalisé par "des personnalités indépendantes".

La confusion sur les chiffres serait due à un manque de coordination entre le Comité national d’organisation des primaires et la haute autorité des primaires citoyennes. Les présidents des bureaux de vote devaient communiquer les résultats à la Haute Autorité, qui les centralisait. Mais, au même instant, les résultats étaient également collectés par les fédérations départementales et par les référents départementaux de la Haute Autorité. Trop de collecteurs, un site où le nombre de participants disparaît, une communication dispersée ont provoqué un couac d'envergure sur le paramètre le plus important du vote : la participation que tout le monde espérait importante.

Au niveau local on a été agacé des effets d'une presentation des résultats au niveau national qui ne correspond pas du tout à ce qui s'est passé au niveau local

Claude Devès, le référent pour le Puy de Dôme de la Haute autorité des primaires citoyennes regrette la polémique qui selon lui "peut en décourager pour le second tour"

Au PS on a tout prévu pour éviter que ça recommence au second tour

Pour éviter toute contestation, la cacophonie et le procès en amateurisme qui ont suivi le premier tour, le PS a quelque peu modifié son dispositif. Dix ordinateurs seront mis à disposition des journalistes qui le souhaitent. Dès l'annonce des premiers résultats du deuxième tour, ils auront les remontés des bureaux de vote en temps réel. Histoire de vérifier en direct qu'il n'y a aucun problème.

Pour renforcer la transparence et comme la semaine précédente, la Haute autorité a autorisé les deux candidats à envoyer un émissaire pour vérifier ces remontées.

► LIRE | Ce qu'il faut savoir pour voter au second tour de la primaire à gauche

Mais la véritable crainte rue de Solférino ce n'est pas tant la contestation des résultats, mais surtout de voir le parti se fracturer à cause du candidat défait qui refuserait le verdict de la primaire.

Le premier secrétaire Jean Christophe Cambadelis a prévenu ses camarades vendredi soir : tous deux ont signé une Charte de l’Unité et déclaré publiquement qu’ils s’y tiendraient, a-t-il rappelé dans un communiqué. Preuve qu’à Solférino c'est surtout l'après primaire qui désormais fait frémir.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.