C'est parti ce dimanche pour la primaire de la Belle alliance populaire, organisée par le PS et ses alliés. Les votants ont le choix entre sept bulletins... et autant de profils.

Les sept candidats, réunis jeudi lors du dernier débat avant le premier tour
Les sept candidats, réunis jeudi lors du dernier débat avant le premier tour © AFP / Eric FEFERBERG / POOL

Coup d'envoi à 9h, ce dimanche matin, pour le premier tour de la primaire de la Belle alliance populaire (c'est son nom officiel), c'est-à-dire la primaire organisée par le Parti socialiste et ses alliés. Les sympathisants de gauche ont jusqu'à 19h pour voter dans l'un des 7.530 bureaux de vote ouverts en France métropolitaine et dans les outre-mers.

A LIRE AUSSI :Primaire à gauche, comment ça marche ?

Cinq anciens ministres parmi les candidats

Pour sélectionner les deux personnalités qui seront au second tour la semaine prochaine, les électeurs ont le choix entre sept candidats : six hommes et une femme ; cinq anciens ministres de François Hollande - dont deux ont pris leurs distances avec le gouvernement - et deux écologistes.

Jean-Luc Bennahmias, Benoît Hamon, Arnaud Montebourg, Vincent Peillon, Sylvia Pinel, François de Rugy et Manuel Valls sont en lice ce dimanche. Rappel en quelques lignes du profil de chacun d'entre eux.

L'enjeu de la participation

Si le résultat de ce premier tour reste très incertain, l'un des grands enjeux du scrutin de ce dimanche, c'est la participation : face à ceux qui ont refusé de rendre part à la primaire, c'est-à-dire Emmanuel Macron d'une part et Jean-Luc Mélenchon d'autre part, une forte participation donnerait au candidat du PS une légitimé plus concrète que celle, fluctuante, des sondages.

Le Premier secrétaire du Parti socialiste, Jean-Christophe Cambadélis, a expliqué qu'il serait "très content" si 1.800.000 votants se déplacent. Mais cela resterait toujours moins qu'à celle de 2011 où il y avait eu 2,5 millions de votants pour la première primaire de gauche, et surtout beaucoup moins qu'à la primaire de la droite et du centre en novembre, avec 4,2 millions de votants.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.