Les sept candidats à la primaire de la droite et du centre se retrouvent jeudi soir pour un deuxième débat où le ton devrait monter, notamment entre Alain Juppé et Nicolas Sarkozy.

Pour rattraper son retard dans les sondages, Nicolas Sarkozy va devoir se montrer combatif et provoquer Alain Juppé, qui s'était placé au-dessus de la mêlée lors du premier débat.
Pour rattraper son retard dans les sondages, Nicolas Sarkozy va devoir se montrer combatif et provoquer Alain Juppé, qui s'était placé au-dessus de la mêlée lors du premier débat. © AFP / PHILIPPE WOJAZER

C'est ce soir, le deuxième débat télévisé de la primaire de la droite et du centre. Alain Juppé, Nicolas Sarkozy, François Fillon, Bruno Le Maire, Nathalie Kosciusko-Morizet, Jean-François Copé et Jean-Frédéric Poisson ont rendez-vous, à 20h30 salle Wagram à Paris, pour un débat retransmis cette fois, par iTÉLÉ, malgré la grève qui se poursuit, et par BFM-TV.

Au menu : des questions sur la sécurité, la menace terroriste, l'Europe et sur l'Éducation. Mais quels que soient les thèmes abordés, la soirée a toutes les chances de s'embraser.

►►►ALLER PLUS LOIN | Quel programme pour les sept candidats ?

Le débat de ce soir, sera très probablement plus agressif que le premier, il y a trois semaines. Finies les escarmouches, parce qu'il y a urgence pour au moins deux des candidats.

Nicolas Sarkozy doit contre-attaquer coûte que coûte

Nicolas Sarkozy d'abord. Tous les derniers sondages montrent que la situation devient on ne peut plus préoccupante pour l'ancien président : il est largement décroché au second tour de la primaire et pas franchement non plus en position de force pour le premier.

© Visactu

Autrement dit, si Nicolas Sarkozy veut rattraper son retard, il est aujourd'hui condamné à contre-attaquer. Pour ce faire, il doit pousser son seul vrai rival, Alain Juppé, à prendre des risques, lui qui cherche plutôt à les limiter. Ce qui signifie que le dossier "Bayrou" a toutes les chances, ce soir, d'être à nouveau évoqué.

►►► LIRE AUSSI | "Clivant, violent, injurieux et faible" : la réponse de François Bayrou aux attaques de Nicolas Sarkozy

Ensuite, mais dans une moindre mesure, la situation est également devenue compliquée pour Bruno Le Maire, qui rêvait d'être le troisième homme de cette compétition. En d'autres termes : d'être le "faiseur de roi" ! Mais il est de plus en plus sérieusement bousculé par François Fillon. Les échanges entre eux devraient commencer à s'envenimer.

►►► REVOIR | Bruno Le Maire invité de Questions politiques : "Fillon, Juppé et Sarkozy ont quasiment un siècle de mandats cumulés avec eux"

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.