Gaz de schiste et nucléaire font débat chez les Républicains
Gaz de schiste et nucléaire font débat chez les Républicains © MaxPPP/Vincent Isore/IP3

Si pour Jean-François Copé ou Bruno le Maire, remplir les conditions pour être candidat semble avoir été chose facile, il y a aussi la campagne des "petits", et pour eux, la chasse aux parrainages s'avère très compliquée.

Nicolas Sarkozy a joué les chefs de l'opposition, dimanche soir. Alain Juppé est depuis dimanche et jusqu'à ce lundi soir, au Maroc. Bruno Le Maire prépare un grand discours sur la Santé, pour mercredi.

Bref, il y a la campagne des "grands candidats" à la primaire de la Droite et du Centre, et il y a la campagne des autres, des "petits candidats". Et pour eux, trouver des parrainage ne parait pas si simple..

Le député Jacques Myard est candidat depuis un mois et demi. Il n'a pour l'instant cherché aucun parrainage, mais il est assez confiant :

Je vais faire un déplacement dans le Nord je vais aller voir Xavier Bertrand, en Bretagne je vais aller voir mon ami Marc Le Fur, j’ai tout un programme devant moi.

En revanche, l'ex-sarkozyste Geoffroy Didier , reconnaît qu'il galère, mais pas seulement :

Il y a des parlementaires qui reçoivent de gentilles pressions de grands candidats qui ne veulent pas qu’on les abandonné et qui s’inscrivent dans un concours d’égo pour en avoir un peu plus que le voisin

Alors, y aurait-il de "gentilles incitations"? C'est également l'avis d'Hervé Mariton :

Quand je vois certains candidats, y compris des candidats très puissants, qui harcèlent, qui font faire des présences debout à toutes les sorties de salles par leurs collaborateurs, je trouve eu ça ne se fait pas et beaucoup de collègues commencent à trouver ça un peu lourd.

Pour l'instant, Hervé Mariton afficherait une quinzaine de parlementaires, C'est beaucoup plus que l'eurodéputée Nadine Morano , qui préfère botter en touche :

Vous êtes tous focalisés sur les 20 parlementaires, mais les 230 élus locaux tout le monde s’en fiche, et ben pas moi. Je procède par étapes et puis on verra.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.