Elle devait annoncer ce lundi sa candidature à la primaire de droite, qui compte déjà 13 concurrents dont deux femmes seulement. Mais la députée européenne a repoussé l'échéance.

Michèle Alliot-Marie au conseil national des Républicains
Michèle Alliot-Marie au conseil national des Républicains © Maxppp / Christophe Morin

À la mi-avril, les proches de Michèle Alliot-Marie faisaient savoir (en coulisses) que l'ancienne ministre de Nicolas Sarkozy serait candidate à la primaire de la droite... Sauf que depuis, la date est sans cesse repoussée. L'annonce, pour ceux qui y croient encore, devrait avoir lieu désormais juste avant le 14 juillet.

Pourquoi avoir repoussé à nouveau cette annonce ? Officiellement parce qu'en ce 4 juillet, Michèle Alliot-Marie (la Gaulliste) est invitée, comme chaque année nous précise-t-on, à l'ambassade américaine pour célébrer l'indépendance des États-Unis...

Ce serait donc un simple souci d'agenda car, son entourage le promet, elle sera bel et bien candidate et sans doute, directement à l'élection présidentielle.

Mais pour faire quel résultat ? Pour gagner ! L'ex-patronne du RPR n'hésite pas à rappeler que, un an avant le retour de Charles de Gaulle, personne n'imaginait qu'il reprendrait le pouvoir. Michèle Alliot-Marie se voit donc dans la peau du Général lui-même, rien que cela. Elle jure, en tout cas, de ne pas postuler simplement pour négocier un poste...

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.