[scald=222901:sdl_editor_representation]PARIS (Reuters) - L'UMP organisera des primaires ouvertes du 31 mai au 3 juin pour désigner le ou la candidate de la droite et du centre qui tentera de reconquérir la mairie de la capitale en 2014.

Le vote électronique sera ouvert à tous les électeurs des 20 arrondissements inscrits sur les listes électorales parisiennes, moyennant une inscription préalable et le paiement de 3 euros, précise la fédération de Paris.

Si besoin est, un second tour aura lieu du 7 au 10 juin.

Six candidats sont sur les rangs pour le moment, dont les ex-ministres de Nicolas Sarkozy Nathalie Kosciusko-Morizet et Rachida Dati, ainsi que Jean-François Legaret et Pierre-Yves Bournazel.

Le gagnant devra affronter Anne Hidalgo, première adjointe de Bertrand Delanoë et grande favorite à la primaire PS qui devrait se tenir en juin. Mais pour l'instant, elle est la seule candidate.

Il y a quinze jours, des voix s'étaient élevées à l'UMP pour réclamer l'annulation de la primaire au profit de Nathalie Kosciusko-Morizet considérée comme archi-favorite face à ses concurrents à droite. Cette proposition avait cependant suscité un tollé au sein de la droite parisienne

La mairie de Paris attire les convoitises. Si l'ex-Premier ministre UMP François Fillon a renoncé, l'ancienne ministre Rama Yade, aujourd'hui à l'UDI de Jean-Louis Borloo pourrait tenter sa chance.

L'actuelle ministre écologiste du Logement Cécile Duflot a déclaré qu'elle n'excluait pas de se présenter.

Gérard Bon, édité par Yves Clarisse

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.